Escarnium - Rex Verminorum

Chronique Maxi-cd / EP (32:18)

chronique Escarnium - Rex Verminorum

Une fois de plus, Core And Co Airways vous emmène faire un séjour au Brésil, ce coup-ci c'est avec Escarnium que l'on va aller se secouer le popotin. Pas besoin de monoï ni de string, la bronzette n'est pas de mise, on reste au frais, à l'ombre d'un gros Death Metal massif et compact! Evil! Beuarghk!

 

La sublime pochette de Rex Verminorium n'est pas le seul atout de cette rondelle, elle contient tous les ingrédients susceptibles de faire frémir l'amateur de gros Death Metal, une ambiance collante, un feeling teigneux et une personnalité séduisante qui injecte quelques lampées de modernité dans une musique relativement classique. Plus fort que du Vicks, Escarnium nous débouche le pif grâce à sa très forte odeur de Death Metal Old School. Pas besoin d'être un grand génie pour comprendre que les bonnes fées qui se sont penchées sur Escarnium s'appelaient Incantation et Immolation. Bien des aspects de la tambouille des Brésiliens évoquent les grands Anciens, une atmosphère plutôt lugubre, des riffs suintant de soufre, une batterie baveuse et une voix cadavéreuse. La rapidité est distillée avec parcimonie, Escarnium préfère oindre sa musique d'une aura lancinante que de la saturer de Juvamine. La chose est assez déstabilisante, mais on prend vite goût à cette langueur relative.

 

Bref, une bonne petite galette qui sent bon le sable chaud. Rien de véritablement exceptionnel, Escarnium apporte sa pierre à l'édifice sans forcément laisser une marque impérissable dans la mémoire des veinards qui les découvriront parmi un océan de nouvelles sorties. C'est d'ailleurs ce point qui reste assez dommageable, tout est très bien, le disque est impéccable mais il souffre de son manque de réelle personnalité... Ressembler au Death monolithique d'antan de Sinister ou de Headhunter D.C. c'est bien gentil, mais c'est – à mon avis – pas suffisant...

 

Au final, on ne sait pas trop quoi penser de Rex Verminorium qui commence merveilleusement bien et puis qui retombe assez vite et une certaine lassitude s'insinue... Un bon disque... Ni mauvais, ni nul, un disque plein de qualités mais qui restera enfoui dans les remous du milieu de peloton...

photo de Cobra Commander
le 13/02/2012

1 COMMENTAIRE

Keyser

Keyser le 01/03/2012 à 10:00:56

Très prometteur de groupe qui joue sur le territoire de Dead Congregation en rendant hommage à Incantation et Immolation. Tout n'est pas encore parfait mais on sent un gros potentiel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements