Extrema Ratio - a dangerous method

Chronique CD album (35:51)

chronique Extrema Ratio - a dangerous method

Extrema Ratio est un quartet turinois formé en 2018, une formation presque classique: un chanteur, un batteur, un claviériste et un saxophoniste baryton...Ahhh un sax baryton, plaisir!!! Des groupes dans lesquels la guitare est remplacée par un saxophone, il y en a et des excellents: Zu, Brain Tentacles, ClownCore. Du coup, entre le nom du groupe, le nom de l’album, la promesse de voir le guitariste troqué pour un soufflant, c’est le coeur battant la chamade que je me suis attaqué à ces 6 titres de 35 minutes. Malheureusement, la toquante a vite ralenti son rythme, probablement parce que le cerveau ne suivait pas.

 

Parce que Extrema Ratio, c’est extrêmement mais alors extrêmement avant-gardiste, particulièrement free-jazz et par essence inaccessible. Si vous savez vous délecter d’un album de Naked City ou que vous vous réveillez tous les matins en écoutant un petit morceau de Merzbow pour vous mettre bien, vous serez aux anges. Pour les autres, pas la peine d’aller plus loin, plus qu’un ovni, cet album est un univers étranger hostile dans lequel personne ne prendra la peine d'aller pour vous entendra crier.

Extrema Ratio, plus que déstructuré, c’est astructuré. Moi qui suit à l'accoutumée un fan inconditionnel des musiques complexes, de celles qui font la nique au 4/4 pantouflard, qui se jouent des règles harmoniques, j’avoue ici que le cassage des codes m'a cassé la tête et a été poussé à un niveau qui dépasse ma sensibilité personnelle.

Rythmiquement, c’est aussi minimaliste que sans un pet de groove, il n’y a pas le moindre support métronomique auquel se raccrocher. D’ailleurs, le batteur est plutôt un percussionniste touche-à-tout (gong, cloches, tambourin) qu’un malmeneur de fûts.

Mélodiquement, cet album est un fabuleux gonzo de notes qui aurait sa place dans le catalogue Brazzers, un véritable gang-bang des traités d’harmonie sans lubrifiant. En outre, comme les morceaux sont plutôt conséquents - trois d’entre eux font entre 6 et 9 minutes - c’est du gang-bang option famille nombreuse.

Côté chant, ça oscille entre les éraillements sans entrain, le spoken word sans émotion, les cris sans souffle, les souffles sans voix et les voix sans voix. De ce côté là aussi donc, difficile aussi de se raccrocher à quelque chose.

Pour finir, le son n’est vraiment pas folichon, fait très captation live et comme l’écoute est difficile, on n’a pas forcément envie d’écouter très fort.

 

Je vais essayer de ne pas jouer la carte du chroniqueur “prophète du bon goût”, du gardien “de l’art, le vrai” mais j’avoue qu’avec Dangerous Method, c’est difficile de ne pas revêtir cet imposant couvre-chef. Il y a évidemment des nuances, de la folie musicale dans sa plus pure définition et d’aucuns apprécieront, y verront des artistes libérés, délivrant le fruit acoustique de leur inconscient musical dans une volonté évidente de porter la musique dans d'autres sphères sensibles grâce à une intention sans faille et parfaitement concrétisée de bousculer les règles . Au delà de ce marketing arty et bien rodé, s'affranchir des codes est à mon sens seulement intéressant quand cela est fait parcimonieusement pour créer de l'imprévu, de la surprise, un décalage fortuit dans un ensemble a priori bien huilé...Mais quand tout est décalage, plus rien n'est décalé.

 

Avec ce premier album, Extrema Ratio sonne comme un tribute album fidèle de Naked City et de même qu’avec John Zorn, il est difficile de saisir l’oeuvre d’un artiste quand ce dernier s’enferme trop dans son délire musical sans nous en offrir de véritables portes d’entrée.

 

On aime bien: le nom du groupe...et celui de l’album

On n’aime pas: beaucoup trop barré et trop déstructuré pour être simplement écoutable.

photo de 8oris
le 17/04/2021

6 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 17/04/2021 à 11:04:34

"c’est du gang-bang option famille nombreuse."... Attention, Ça peut être vu comme vendeur ta formule haha :D

Bon sinon vade retro ce genre de branlage de nouille musical...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/04/2021 à 20:22:49

Sérieux les gars, on est tous bénévoles... 
Pourquoi donc s'infliger ce genre de trucs, sans être payé pour ?

cglaume

cglaume le 17/04/2021 à 20:36:39

Perso quand un album m'intrigue, j'essaie. Et si le style me plaît mais que je n'accroche pas, j'insiste... Car un album peut prendre du temps avant de se révéler. Et après tout cet investissement, plutôt que de jeter le tout à la poubelle, je préfère écrire une chronique. (Et puis ça change, parfois, décrire une chro négative :) )

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 18/04/2021 à 11:58:57

A moins d'avoir des potes dans le groupe en question, perso, préfère me couper les ongles des pieds.

el gep

el gep le 18/04/2021 à 15:28:07

Ecoutez MHTO alors, même pas la peine de s'emmerder avec de l'intellect et ça fait le même effet (en mieux).
Ah non j'ai pas écouté Exrtema Ratio cela dit, pas besoin pour en parler.

8oris

8oris le 18/04/2021 à 18:34:53

Je crois que Cyril a tout dit! ;)
Et puis, chroniquer cet album, c'était une sorte de blague entre lui et moi pour savoir qui s'y collerait!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021