Fuck the facts - Disgorge Mexico

Chronique CD album (43:34)

chronique Fuck the facts - Disgorge Mexico
Mais d'où nous vient ce doux nom poètique, aux relents bucoliques de ballade au bord d'une rivère irisée à l'aube d'un beau dimanche de printemps ? Et bien du canada mon bon Monsieur, criss de calisssss, et d'Ottawa même (non pas le groupe moisi des 80's, mais la ville d'Ontario) ! On connaissait la propension de leurs voisins québecois pour tout ce qui est précis et violent avec des groupes comme Ion dissonance (parmi tant d'autres), mais là on tape dans quelque chose de plus instinctif dans la violence, de très, mais alors très hargneux. Avec Disgorge Mexico, le groupe n'en est pas à son coup d'essai puisque le combo fait saigner les oreilles depuis 3 bonnes paires d'années ; et pourtant, c'est avec ce LP que j'avoue avoir fait la connaissance du groupe. Bon, il faut avouer aussi que quand Relapse s'intéresse à vous et décide de vous signer, c'est plus simple pour des gens habitant a des milliers de kilomètres de vous découvrir. CQFD.

Fuck the facts fait du grind avant toute chose, dans le même sens que Pig destroyer ; du grind avant tout, mais pas que : avec des riffs intelligibles et ultra catchy entre deux séances de blasts ravageurs, voire de gravity blast (c'est tellement plus fun... ). Bon, OK, FTF c'est quand même beaucoup plus que ça, les lignes de voix, entre autres, ne se répètent pas tout le temps et Mel (oui oui, ce cri de bête trollesque est bien issu de cordes vocales féminines : respect) déverse son fiel en servant les riffs bien comme il faut. Les riffs sautent du coq à l'âne avec facilité ; les enchaînements se font de manière naturelle ('Dead End' / 'Driving through Fallen Cities' ou 'The Storm' / 'Apathy is a Karma Killer') et l'ensemble paraît fluide - ce qui est rarement le cas pour ce genre de groupes la plupart du temps. On ne s'acharne pas à enfiler les riffs à la vitesse de la lumière, on sait poser l'ambiance et mettre un peu de death, un peu de trucs plus mélo ('No Place for Failure' - 'Absence and Despite'), puis revenir a de l'ultra-bourrin - qui reste tout de même la composante principale de cet album.

Je dois avouer que ce sont surtout l'originalité et l'alternance des riffs qui m'ont d'abord séduit chez Fuck the facts, il y en a beaucoup qui tapent à l'oreille directement et ne vous quittent plus. L'art de faire de la technique et de la brutalité au service de la rage et de l'efficacité ; les 4 réunis pour notre plus grand bonheur, c'est un peu ça la force des canadiens. Ils nous gratifient même d'un titre épique avec 'The Storm' durant lequel ils nous exposent l'étendue de leur talent en enchaînant avec une fluidité déconcertante une flopée de riffs pour revenir sur le thème principal du morceau sans qu'on ait rien senti passer : chapeau. Et de suivre avec un titre posé pour finir sur une surdose de brutalité... Je n'ai qu'une chose à dire: Que Viva Fuck the facts !!!! Et que dire de ce groupe en concert... A voir absolument tellement le chaos qu'ils inspirent se matérialise devant vous sur scène. J'aime, tout simplement.
photo de Mat(taw)
le 24/02/2009

5 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 24/02/2009 à 11:27:46

Yes ! j'ai bien aimé aussi ; et impossible de deviner au départ que c'est une nana au micro !

sepulturastaman

sepulturastaman le 24/02/2009 à 21:09:55

Mouais pas convaincu du tout mais du tout j'ai presque trouvé ça chiant, et carrément quelconque. Pis encore une paire de cordes vocale feminine n'apporte auccun suplément d'ames.

mat(taw)

mat(taw) le 24/02/2009 à 23:22:58

elle est pas là pour ça non plus.
Chiant? mais les derniers sepultura non par contre?
...
j'pense pas que ce soit l'adjectif idoine pour le définir cet album.

sepulturastaman

sepulturastaman le 25/02/2009 à 10:28:46

Bah écoutes moi je préfère largement écouter le dernier Sep que ce cd de grind qui pour moi est quelconque. Moi j'accroche mais pas du tout je vois pas ce qu'il y a de térrible dans ce cd, aprés quelques écoutes j'ai été déçu de mon achat...

mat(taw)

mat(taw) le 25/02/2009 à 14:51:22

bah deja "grind" je dirais mouais alors "grind quelconque" encore moins, mais c'est expliqué au-dessus. Il est quand meme putain de riche cet album, pourtant j'aime le "grind quelconque" qui ne se pose pas de question et qui ne varie pas mais la c'est autre chose. C'est ptet justement paske c'est pas 100% grind que tu kiffes pas mais sinon "quelconque" non c'est un faux procès.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019