Gold - Why aren't you laughing ?

Gold - "Why aren't you laughing ?"
chronique Gold - Why aren't you laughing ?

"Gna Gna Gna t'arriveras à rien sans la positive attitude, Gna gna Gna, change ton mindset, Gna gna gna regarde la vie du bon côté".

Avec ces phrases toutes faites et ce genre de mode de pensée, Gold n'aurait jamais existé.
Et ça, ça aurait été vraiment malheureux.

Pas nés de la dernière pluie, les Hollandais de Gold n'en restent pas moins une découverte pour moi. C'est donc avec une oreille nouvelle sur les Bataves que Why aren't you laughing ? est apparu comme quelque chose qui s'approche du chef-d'oeuvre.
Et je n'en fais pas trop. 
 

Les connaisseurs pourront juger de la "valeur" de cet album dans leur discographie (que je n'ai pas eu le temps d'explorer), mais pour l'auditeur / auditrice qui passe son dépucelage avec ce disque, WAYL? est une magnifique ode aux ondes négatives.

Dans une ambiance froide, à la rencontre des chemins post-punk, post-black, cold-wave, gothique se pose une voix enchanteresse de mélancolie, envoûtante, et rongée par la négativité jusque dans le vocabulaire. 
Ecrit en entier ou sous sa forme contractée, le "not" et toute une clique de mots pas vraiment jouasses ou utilisés avec ironie, ponctuent 11 pistes passionnantes jusque dans leur dénomination.

Pourtant, tout n'est pas parfait, on peut trouver une certaine répétitivité dans les titres, notamment dans la rythmique volontairement pataude, se lasser de l'ambiance générale, de la production qui en fait presque trop, de cette rencontre entre plusieurs sous-genres hyper bien ancrée dans ces dernières années (vague de ces groupes à la Brutus).
Gold n'est néanmoins pas un pétard mouillé, tout ça, parce qu'il sait se faire touchant sans chouiner.

Au micro se tient une chanteuse à mi-chemin entre la rage contenue de celle de Brutus et la fragilité de la charismatique frontwoman de Portishead. Cet entre-deux se retrouve aussi dans l'orchestre rock qui s'est nourri de la musique électrique des 30 dernières années pour mixer, assembler les styles de niche cités plus hauts tout en y intégrant une petite note pop. 
Doué pour imprimer des mélodies qui ressemblent à tout sauf à des airs radiophoniques faciles à reprendre, Gold sait être efficace sans être simple, sans se la jouer "facile" mais aussi sans rentrer dans une caricature. En ne cherchant pas à tirer sur le nerf lacrymal dans l'interprétation, ni dans la composition, les Hollandais réussissent à être intéressants sans surjouer sur 50 minutes et provoquent des frissons grâce à la froideur de leur son et la capacité à partager des émotions... malgré une attitude et des airs blasés/déprimants qui nous hantent pendant l'écoute de ce disque et bien au-delà...

photo de Tookie
le 24/06/2019

5 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 24/06/2019 à 08:17:22

Et le concert au Hellfest était plutôt cool, même avec une chanteuse maniérée ^^

softcorefeminist

softcorefeminist le 25/06/2019 à 07:24:23

Maniérée, vraiment...? Auriez-vous dit cela d'un chanteur ?

Tookie

Tookie le 25/06/2019 à 07:53:11

Pour avoir assisté au concert avec Pidji, je pense qu'on aurait dit sans problème la même chose d'un chanteur (à ce sujet, j'ai une échelle d'expressivité qui va entre le niveau Gallagher jusqu'aux mimiques de Christophe Hondelatte https://www.youtube.com/watch?v=Ij99cuXIGsQ).

Cela n'enlève en rien la qualité de sa prestation (et de celle du reste du groupe), mais on a simplement trouvé qu'elle en faisait des caisses (pendant et entre les morceaux) aussi bien en contraste avec les autres membres qu'en général. C'est tout, c'est son jeu de scène, certains accrochent à ça, d'autres pas (et nous "moyen").

pidji

pidji le 25/06/2019 à 08:32:30

Ah oui, je l'aurai dit pour un mec aussi sans soucis ; après cela ne m'a pas réellement dérangé, ça fait partie du personnage, et le concert était très bon. Et cet album l'est tout autant.

Benjop

Benjop le 26/06/2019 à 09:46:29

Par exemple moi je ne suis pas d'accord avec Tookie car ce jeu de scène m'a assez transporté / envouté. C'est en effet une histoire de goût.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019