Grant The Sun - Sylvain

Chronique CD album (18:19)

chronique Grant The Sun - Sylvain

Grant The Sun est un projet assez méconnu (étant donné le peu d'informations que j'ai réussi à récolter sur ce groupe) formé par des membres de Insense et de Beaten To Death (que j’avoue sans complexe ne pas connaître bien que les deux ont l’air d’avoir une belle fan base). Soyons honnête, ce qui m’a attiré dans le mail promo, ce sont deux noms : Daniel Bergstrand, producteur connu autant que reconnu pour son travail sonore avec des grands (Meshuggah, Dimmu Borgir, Behemoth) comme de moins grands (Aqme, Antipoda, Insense (ah bah tiens)) et Fred Thordendal, extra-terrestre génialissime de la planète Meshuggah qui tient ici la basse.

Le beau casting que voilà. Autant je n’adhère pas à tout ce qui a touché les mains de Bergstrand, autant je ne vois aucun écueil à ce qui a touché celles de ce bon vieux Fredo. Et si le pépère a accepté de faire le bassiste, c’est que ça promet du bon, de l’inspiré, du lourd, du complexe, du mathcorien. D'ailleurs, c'est comme ça que le produit est vendu: du top moumoute avec suppléments de poil dans un style metal progressif, sombre et mathématiques. Bref, miam-miam, je me frotte les mains en espérant des signatures rythmiques versatiles, des constructions harmoniques complètement barrées à gros renforts d'infrabasses. Un EP prometteur sur le papier d'autant plus que les musiciens semblent avoir un peu de bouteille.

Mais comme l’a chanté en 2011 ce génie musical et farceur toujours prêt à troller les autres (et surtout sur lui-même) : "While we all have lots of bands who influence still...we all rip off Meshuggah"!

Ce bon vieux Devin Townsend ne croyait pas si bien dire car depuis des groupes fortement qui ont plagié/pompé Meshuggah et en revendique l'influence, il y en a eu des brouettes que l’on peut regrouper en 3 catégories. Il y a les très bons qui ont su mettre un peu de leur patte et de leur originalité dans cette  influence, il y a les bons qui sans être de successeurs n’en sont pas moins de très crédibles suiveurs et il y a les autres qui tentent, ont tenté mais sont à des années lumières de la qualité du groupe d’Umeå, vulgaires pastiches malgré eux et leurs bonnes intentions.

Avec Sylvain, Grant The Sun fait partie de ces derniers.

Pourtant, je pense être plutôt bon public, pas du genre à cracher dans la soupe surtout quand c’est celle des autres, et même encourageant face aux groupes peu connus mais avec ce Sylvain, malheureusement, j’aurai bien du mal à me voiler la face car j’ai l’impression de m’être fait violé les fesses.

Car cet EP instrumental de 4 pistes est d’une confondante linéarité. Il y a bien quelques riffs bourrins sympathiques ("Arrivée Dangereuse") mais la majorité n'est pas marquante voire affligeants de manque d’inspiration (le milieu et la fin de "Sur Jupiter" et sa guitare rythmique branquignolesque). Les passages plus aériens relèvent de la quasi fainéantise à coup d’accords assez pauvres plaqués pauvrement. Et Les leads...Par Guitarix! Par Djentos! Le ciel leur est clairement tombé sur la tête. Je n’ai rien contre la simplicité qui fait parfois des merveilles en terme d’efficacité, mais ici ça n’est plus de la simplicité mais de l’incomposition. Le travail de la batterie est à peine plus intéressant que le reste et à part quelques fills inspirés qui rappelle un poil Mats Morgan, rien à signaler. Enfin, les pistes sont parsemées de samples en mode spoken word en français, dont l’origine m’est étrangère et dont l’intonation robotique de la voix rappelle les vieux jeux vidéos de mauvaise facture des années 90. Ajoutons à cela qu’ils sont profondément ancrés dans le registre du what the fuck mais dans sa déclinaison pas drôle.  «Grand-Mère, ce voyage a été exquis , puis-je avoir du café et des crêpes ? ». Hein?

Même côté mixage, c'est hyper pauvre. Alors, ok, l'enregistrement a été bouclé en quelques jours mais on a l'impression que Bergstrand a refourgué le projet à un de ses stagiaires. Évidemment, le son est loin d'être horrible, mais on est définitivement très très loin de la qualité sonore sur laquelle ce génie de la compression multibande a pu apposer son nom.

Bref, un EP flop, sans goût, sans véritable personnalité qui n’apportera rien à une scène musicale déjà largement encombrée. C'est d'autant plus dommage que j'ai écouté rapidement leur premier album Grant The Sun et sans en faire une chronique complète (mais ça viendra peut-être), c'était autrement plus inspiré et plus élaboré. La frustration est donc d'autant plus importante.

Comme dit un proverbe indien, celui qui marche sur les pas d'un autre ne laisse pas de traces et Sylvain a clairement tout d'un suiveur.

On aime : pas grand-chose
On n’aime pas : tout le reste

photo de 8oris
le 16/01/2020

1 COMMENTAIRE

cglaume

cglaume le 16/01/2020 à 09:54:40

Grand-Mère, ce voyage a été exquis , puis-je avoir du café et des crêpes ? ». Hein?

Haha :D

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements