Leng tch'e - Hypomanic

Chronique CD album (41:02)

chronique Leng tch'e - Hypomanic

En presque 10 ans d’existence, les Flamands de Leng Tch’e se sont imposés comme l’un des groupes phare du Grindcore européen. Hypomanic est leur 5ème album et poursuit la lignée des précédents, avec une évolution constante entre chaque opus. Depuis ses débuts, le combo a évolué d’un Goregrind à la Regurgitate vers un Grind/death aux touches Hardcore beaucoup plus prononcées.

 

Marasmus, sorti en 2007, était déjà un sacré bon album de Grindcore aux accents stoner/sludge bien gras, qui en faisaient un album authentique et vraiment intéressant pour tout fan de musique cradingue. C’est donc avec impatience que j’attendais de voir ce qu’allait devenir cette touche d’originalité au fil du temps. Et je dois dire que cet aspect est moins présent sur Hypomanic, mais reste cependant bien là et plane au-dessus des riffs comme sur « Death’s Head Cockroach », « The Stockholm Malevolence Prodject », ou sur n’importe quelle partie de gratte un peu plus mid-tempo qui groove méchamment bien ; même si à mon goût, ces parties étaient encore plus marquantes sur Marasmus... Le combo nous offre également des ralentissements typiquement Death comme on les aime dans ce genre de musique, ces passages nous rappellent bien leur première époque et en plus le chanteur en profite pour nous sortir ses pig squeels qui viennent du fond des tripes.   

 

Mais Leng Tch’e c’est aussi, et surtout, du Grindcore furieux aux tempi hystériques à s’en arracher les ongles contre un mur de briques ! On retrouve d’ailleurs en guest vocals sur « Totalitarian » l’un de leurs pères spirituels : Barney Greenway de Napalm Death. Cet éternel humaniste et névrosé vient juste pousser la gueulante tel un Punk au G20, en tout cas on reconnaît sans problème le bougre.

Au fil des albums, Leng Tch’e se rapproche de plus en plus du hardcore (même si cette influence a toujours été) mais sans jamais vendre son âme au diable ; ces plans qui sentent un peu plus le bitume sont fortement bien exécutés avec leur sauce Grind qui les rend encore plus puissants (« Anthropcentric Suicide »). Et leurs textes anti-racisme et sur les problèmes de société nous montrent bien le gros penchant Punk du groupe !

 

Hypomanic est un album coulé dans le béton, résolument moderne aussi bien dans le son que dans son mélange de genres. Leng Tch’e bouscule une fois de plus les règles du Grindcore en y injectant des influences de styles qui ont en commun ce côté un peu crade et rock’n’roll. Cet opus est plus lourd, plus Death que Marasmus, bien que ces deux albums restent très proches l’un de l’autre... La prod' y est sûrement pour beaucoup car le précédent fût mixé par Fredrik Nordström (At The Gates, In Flames), alors que pour celui-ci c'est Russ Russell (Napalm Death, Brujeria, Dimmu Borgir) qui s'en est chargé !

photo de Domain-of-death
le 29/06/2010

6 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 29/06/2010 à 09:25:36

Un album bien sympathique que ce nouveau Leng tch'e !

mattaw

mattaw le 29/06/2010 à 09:57:36

plus sobre dans l'artwork en tout cas.

kurton

kurton le 29/06/2010 à 21:49:02

Putain de boucherie...

vkng jzz

vkng jzz le 01/07/2010 à 18:45:21

"aux accents stoner/sludge bien gras"
faut pas pousser mémé dans les orties...

sinon jamais trop accroché à ce groupe, je trouve ca trop propre, tant dans l'esprit que dans l'execution. leur seul ptit coup de pub lors de la sortie de "Process Of Elimination" c'était le chanteur d'Aborted a la batterie...

Domain-Of-Death

Domain-Of-Death le 01/07/2010 à 19:04:53

Si si je maintiens que les riffs de Leng Tch'e ont quelque chose qui les détachent du reste de la scène Grind. Ils sont lourds et accrocheurs, après ont les rattache à ce qu'on veux ;)

Pidji

Pidji le 02/07/2010 à 09:02:35

Je plussoie pour Domain-of-death, sur ce disque il y a bien des accents sludge, mais ce n'est pas la base de leur musique évidemment ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Meshuggah - Koloss
Amen Ra - Mass III