Infants Of The Afterlife - Infants of the Afterlife

Chronique CD album (25:25)

chronique Infants Of The Afterlife - Infants of the Afterlife

Je garde toujours une oreille attentive aux sorties de Duplicate Records. Un label géré par Carl-Michael Eide (Ved Buens Ende, Virus…), vous pensez bien, c’est l’un des meilleurs moyens d’obtenir son fix de Bizzarblack. Tout ne soulève mon enthousiasme mais j’y trouve souvent mon compte (Organ:, Dreams Of The Drowned... ). Infants Of The Afterlife fait partie de ses signatures récentes. Né sans crier gare en 2019 de la rencontre de deux musiciens étasuniens et d'un Portugais, on ne sait malheureusement qui fait quoi. 2021 voit la sortie de son premier EP éponyme, cinq titres qui montrent déjà une personnalité affirmée.

 

Sur une durée d’un peu moins d’une demi-heure, le trio se montre très clair dans ses intentions en se s’imposant porteur d’un Black avant-gardiste de haute tenue. Après un « Onan » assez classique dans sa dissonance, la suite se montre plus aventureuse. En revanche, la mise en son est loin d’être optimale, l’ensemble devient presque inaudible par moments, en particulier quand la batterie part en blast beats (la fin de « Peswar »).

 

À partir du deuxième titre, les riffs deviennent plus chaotiques, très inspirés par ceux de Virus ou de Manimalism. À partir de ce titre, le chant également prend une autre tournure et devient moins classique, plus décadent. Sur les trois morceaux qui suivent, Infants Of The Afterlife poursuit dans cette voie, porteur d'un Métal décadent. On sent bien que le groupe a des choses intéressantes à proposer dans cette orientation avant-gardiste, s’il parvient à maintenir cette qualité sur un album entier et s’il se dote d’une meilleure production, son avenir peut être radieux.

 

photo de Xuaterc
le 04/05/2022

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements