Kloct - Years of Silence

Chronique CD album (57 mn)

chronique Kloct - Years of Silence

Sophian F., alias KLOCT, n’est pas près d’oublier son mois de janvier 2020. Alors que le 18 janvier marque la sortie officielle de son 4e album Years Of Silence, le chanteur et batteur multi-instrumentiste a eu les heurs d’être confirmé deux jours plus tard comme membre à part entière de Maïeutiste. En fait, Sophian ne cesse de se démultiplier depuis des années : il hurle et/ou cogne dans une multitude de groupes de Black et de Death Metal : Caïnan Dawn, Allobrogia, South of Hell, Ohio Slamboys et donc Maïeutiste. Quasiment tous sont sis dans la région Auvergne-Rhône Alpes.

 

Grâce à des groupes (merci à eux !) comme Emperor, Mesarthim, Nehemah, Der Weg Einer Freiheit ou Wolves In The Throne Room, le cœur de ce musicos est de plus en plus allé vers le Black, dès lors que ce style – je le cite – s’écarte de ces « productions criardes rappelant le doux son d’une scie sauteuse » pour devenir à rebours « un réel vecteur d’émotions ». C’est à ce titre qu’il a pris part récemment, mais de manière très active, à l’aventure Ultra Mundi Nostri, un « cercle » tout à la fois collectif, label et distrib’ des projets portés par un nombre resserré de formations BM que l’on qualifierait aisément d’exigeantes. Pour l’heure, elles sont quatre et leur identité ne vont guère vous étonner : KLOCT, Maïeutiste, Canaïn Dawn et Allobrogia. S’il existe donc un trait d’union très fort entre tous ces groupes, c’est bien cet homme : Sophian.

 

Prenant le contrepied de cette dissémination artistique, Sophian prend le temps, depuis 2012, de se recentrer et se retrouver régulièrement autour de son one-man project, KLOCT. Il en est  sorti quatre respirations cathartiques : Frei (2012), The Human Mind Path (2014), Healing (2017) et Years of Silence (2020). Ce dernier prend les traits d’un album-concept à forte valeur métaphysique et introspective, dont les chemins empruntés sont parfois difficiles à suivre. L’opus s’articule autour de trois mots-clefs, de trois moments-charnières d’une existence, dont Sophian parle dans ses lyrics en des termes bien peu amènes : isolement, immobilisme, vacuité, aliénation, etc.  Chacun de ces trois temps - RUPTURE, CONNECTION, RENAISSANCE - se compose de trois morceaux, autant de surfaces variées d’expression.

 

Les réécoutes, indispensables, de ce triptyque musical se portent largement au crédit de cet album, qui a été le réceptacle qualitatif des « sentiments, émotions et questionnements » de Sophian. Il débute tambour battant avec les premières minutes catchy de "Time For A Change", avant de desserrer aussitôt son étreinte et de déstabiliser l’auditeur avec le début mid-tempo de "Months Of Travel". Years Of Silence devient désormais le terrain d’expériences multiples aux changements constants de rythme. Peuvent très bien s’y s’entrechoquer un BM mélo-athmos contemplatif ("A New Home"), un délicat BM cascadien (entame de "Watching At The Great Forest") et un Blackenend Death très behemothien ("Embracing The Elements") ou bien, comme au sein même de "A Vision Of Harmony", des riffs groovy et des passages Doom ! Pas commun. Je vais être franc, les passages à la voix claire, ainsi que les chœurs, ne m’ont pas toujours emporté ("A New Home", "Solitude Of The Hermit" et surtout "I"), de même que l’outro instrumentale. Pas de quoi entamer cependant l’impression positive d’ensemble qui se dégage de ce Years of Silence, dont la finesse d’exécution et la richesse de rythmes sur près d’une heure sont deux traits distinctifs qui m’ont vraiment marqué.

photo de Seisachtheion
le 13/05/2020

2 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 13/05/2020 à 16:22:31

Un album passionnant qui est passé entre mes oreilles mais que je n'ai pas chroniqué par manque de temps. Merci Seisachtheion de l'avoir mis en lumière

Seisachtheion

Seisachtheion le 13/05/2020 à 21:27:56

Y a pas de quoi Xuxu ! 😘
J'ai passé un moment fort agréable 😊

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Deathrite - s/t
Chronique

Deathrite - s/t

Le 11/06/2012

Black pyramid - Black pyramid