KraHenN - Death Metal Unit

KraHenN - "Death Metal Unit"
chronique KraHenN - Death Metal Unit

Malgré les facilités et l’ouverture sur le monde qu’Internet offre de nos jours, le quotidien des petits groupes autoproduits reste encore et toujours une galère sans nom. Même pour réussir à atteindre les webzines spécialisés, c’est devenu toute une histoire. ‘faut dire que ces derniers, dont les équipes rédactionnelles bénévoles et réduites ne suffisent pas toujours, sont confrontés à une avalanche continue de demandes de chronique. Ce qui pousse certains de ces groupes à sortir les grands moyens. Prenez BaK: ces grands malades fournissent une boîte de conserve customisée de flageolets à la vodka avec tout envoi de promo... Si! De son côté, KraHenN a également tapé très fort: figurez-vous que les Saint-Quentinois ont carrément infiltré le groupe Veolia Transport afin de placer un de leurs agents au poste de conducteur sur la ligne de bus que j’emprunte quotidiennement, tout ça pour me refiler Death Metal Unit en mains propres… Machiavélique!

 

Bon, késako KraHenN? Si le titre de leur 1er démo, Alone, pouvait laisser planer un doute, le nouvel album – Death Metal Unit donc – est une déclaration d’intention pour le moins explicite. Et en effet, une bonne partie de cet album se trouve être consacrée à un death mid tempo relativement classique, sans trop de fioritures. « Une bonne partie » seulement, car la musique de KraHenN est aussi abondamment assaisonnée de riffs et rythmiques bien thrash (cf. « Dark Reflection », dont le début rappelle « Agent Orange » de Sodom), le mélange des 2 aboutissant ici sur un death/thrash tout juste relevé d’occasionnels plans plus « modernes », entre saccades Fear Factoriennes (sur « Alpha Omega » par exemple) et galipettes typées Meshuggah’s Angels (la fin de « Alone » entre autres). Le son est honnête, bien qu’on regrettera que la batterie vienne parfois s’inviter un peu trop en avant, reléguant pour le coup la guitare dans un arrière-plan quelque peu bourdonnant. Côté ressources humaines, si Bastien montre occasionnellement un savoir-faire certain à la guitare, on se montrera moins enthousiaste sur la performance de Nicolas dont les grunteries peu profondes sont assez monocordes, et parfois colorées d’intonations typiquement "jambon/beurre".

 

Mais le plus gros problème de Death Metal Unit, c’est son manque d’originalité et de fougue. Bien que le groupe enchaîne les plans pour entretenir l’intérêt, ceux-ci s’avèrent en général assez plats, vus et revus, et malheureusement nul grain de folie ni nul éclair de génie ne vient extraire KraHenN de la masse des petits groupes bien intentionnés mais sans réelle saveur. D’autant que d’occasionnelles balourderies viennent plomber l’ambiance, comme ces quasiment 17 minutes (intro et outro cumulées) de pluie orageuse parfaitement inutiles, comme la fin de « KOMA » – creuse et insipide, alors que le morceau ne s’en sortait pas trop mal – ou encore comme ce gimmick (répété sur pas moins de 3 titres) qui consiste à éteindre tous les feux en cours de route pour simuler une fin anticipée, tout ça pour – oh surprise! – reprendre la suite des événements sans apport nouveau d'énergie ou d'idée… Concédons quand même que sur « Artificial Chaos » ou « Koma », le groupe montre qu’il a quelques sérieuses cartes à jouer, notamment grâce à des refrains plus accrocheurs que la moyenne.

 

« La route et longue et la pente est rude ». Même si ce ne sont pas exactement les mots du Raffarien du tout (‘tain depuis quand je fais des références aussi miteuses moi?), ils pourraient s’appliquer à merveille dans le cas présent, KraHenN étant encore à de (très) nombreuses brasses des rivages de la concurrence et des labels sérieux. M’enfin je leur accorderai quand même presque la moyenne, ainsi que les Encouragements du Conseil de Classe parce que sinon je vais me faire débarquer de mon bus en pleine campagne moi!!!

 

 

 

 

La chronique, version courte: du death thrashisant et légèrement modernisant, qui a malheureusement encore du chemin à parcourir avant de jouer dans la cour des grands…

photo de Cglaume
le 12/12/2011

2 COMMENTAIRES

KraHenN

KraHenN le 08/06/2014 à 13:49:16

Mouais, les critiques, c'est un peu comme les eunuques, ils savent comment faut faire mais ils ne peuvent pas !!!

el gep

el gep le 08/06/2014 à 13:53:26

Bah pourquoi vous refilez votre disque alors? Pour qu'on vous brosse dans le sens du poil?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

KRONOS - février 2009
Halo - Body Of Light