Kyber - Spiders on the floor, mice in the ceiling: Beats from the hair dressing salon years (2003-2006)

Chronique mp3 (31:45)

chronique Kyber - Spiders on the floor, mice in the ceiling: Beats from the hair dressing salon years (2003-2006)

Gribberiket, Tri-Function Million, Noisestar And The Fall Of Rome, Records Of The Fleshgod, producteur, et certainement un paquet d’autres activités qui sont passées sous mes radars, Jørgen Iden Tveit est un homme aussi occupé que polyvalent. C’est son implication au sein de la scène Hip-hop qui nous intéresse aujourd’hui. Cet album, comme son nom l’indique est une collections de beats datant, à peu près de 2003-2006, et faisant partie d’un ensemble plus large, dont certains sont devenus des morceaux de Sprukket Jord de Tri-Function Million. Les onze instrumentaux qui nous sont livrés maintenant auraient dû connaître le même destin, mais pour une raison ou une autre, le Norvégien n’a pas donné suite, jusqu’à cet automne où il a décidé de les sortir du placard.

Au regard de la qualité de ces beats, on ne peut pas lui donner tort. Une petite explication s’impose concernant le titre de cet album: les plus perspicaces (dont je ne fais pas partie) auront reconnu un extrait des lyrics de The Cold Vein de Cannibal Ox, « Roaches on the floor, rats in the celling ». Et « The Hair Dressing Salon Years » fait référence au lieu où les morceaux ont été composés, l’appartement de l’artiste, un ancien salon de coiffure (pourquoi pas, d’autres enregistrent bien à la Menuiserie, alors...)

Pour moi qui ne suis pas un grand spécialiste en matière de Hip-hop, avoir affaire à un album instrumental est quelque peu déstabilisant mais la puissance évocatrice, mais aussi (ne nous le cachons pas) la brièveté de Spiders on the floor, mice in the ceiling: Beats from the hair dressing salon years (2003-2006) font que l’ensemble passe plutôt bien. Si vous êtes familier avec les deux albums de TFM, vous ne serez pas dépaysés ici. Kyber fait dans le classique, dans le bon vieux Rap basique. Les beats sont lourds, crades, ils sonnent véritablement organiques. Souvent, une petite ligne mélodique vient accrocher l’oreille (« Spinejuice Cocktails » ou « Uranium Grail »), tandis que certaines ambiances désenchantées et post-apo rappellent Noisestar, comme par exemple « Return of the Millipede World-Eater ».

Cet album, qui ne sort qu’au format numérique, s’adresse avant tout aux fans les plus hardcore de Tri-Function Million et peut être vu comme un apéritif avant la sortie du premier EP 100% inédit de Kyber prévu pour cette fin d’année.
 

photo de Xuaterc
le 21/11/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements