Mascarpone - Nonsense

Chronique CD album

chronique Mascarpone - Nonsense

Six titres (dont une intro) pour 25 minutes. Est-ce qu'on peut réellement parler d'album ? Quand l'objet porte le doux nom de Nonsense, il faut oublier toute logique. Lors de l'une de mes soirées d'errance sur Bandcamp, je tombe donc sur Mascarpone, qui vient publier ce qu'il considère comme son premier LP. C'est le tag "Darksynth" qui conduit jusqu'à lui. Né a priori à la fin de l'année 2018, le projet est déjà l'auteur d'un EP.

 

 La musique accroche tout de suite l’oreille et il ne faut pas longtemps à quelques-uns de mes amis, plus calés que moi en musique électronique, pour confirmer ma première impression : il y a du Gesaffelstein dans la musique de Mascarpone. La part de Darksynth y est plutôt mince, mais bien présente. On est plutôt en présence d'une Electro tendance sombre et dure que de l'œuvre du Pert, même si on retrouve dans les derniers travaux de ce dernier et sur ce Nonsense une noirceur industrielle identique. Un peu comme si la radicalité du Ministry de la grande époque rencontrait la musique des clubs obscurs de Detroit des années 1980.

 

La caisse claire claque et les basses tabassent dans l'unique but de provoquer l'animation du dancefloor. Les seules voix que l'on peut entendre sont des samples de dialogues de film, orientés terreur, un peu à la manière des premiers Gost. Chaque titre, même "Toxic Infinity", qui se fait plus smooth, plus posé, l'objectif "shake tour booty" est visé. Et il est atteint.  Alors oui, on pourra reprocher à Mascarpone une trop grande proximité avec Gesaffelstein, ça serait jouer les rabat la joie, et il serait idiot de bouder son plaisir pour si peu.

photo de Xuaterc
le 21/12/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Hawks - Rub
Chronique

Hawks - Rub

Le 19/12/2011

Withdrawn - The strongest will