Massive Charge - For Those We Hate

Chronique CD album

chronique Massive Charge - For Those We Hate

Passer après le daron Cobra Commander qui nous cause de Grind, c’est un peu comme tenter de raconter plus de conneries que Xavier Bertrand et Valérie Pécresse réunis : une opération super casse gueule.

Pourtant je vais faire fi de la peur qui me noue le ventre pour causer du dernier coups de pelleteuse de Massive Charge.

 

N’ayant pas donné de signe de vie depuis un bon moment, les Lorrains vont assurément vous faire patienter en attendant le dernier Blockheads. Car, planquez le petit, ici, on cause de Grind oldschool.

Et quel Grind, machette de binette !!

 

Si sur ce For Those We Hate, la pédale est évidemment écrasée d’un rangeos clouté donnant lieu à un maximum d’accélérations, Massive Charge développe son propos en restant toujours intelligible. La faute, ou plutôt grâce à une prod savamment équilibrée.

En premier lieu, ce sont la batterie ultra millimétrée et la guitare chemisée à l’adamantium qui se distinguent de toute cette méchanceté généreusement tartinée. Le bien nommé "Teeth Breaking" étalera, alors, une six cordes plus sexy que Santanico Pandemonium dansant au Titty Twister.

Car Massive Charge peaufine son riffing pour le rendre le plus impactant possible ("Greed" et "Awful Swine" parmi d’autres). Ce souci permanent d’efficacité démontre un réel amour du genre devant lequel on ne peut que s’incliner bien bas.

L’intro de "I’m Obscene" lorgnera aussi du côté du Death dans un surcroît d’ambiance glauquissime. Les jappements torturés du début de "Unhealty Place" (au break très thrash) renforceront également l’impression d’étouffement latent.

 

Les vocaux ne sont pas en reste, en ce qui concerne le décalaminage des conduits de Mamie. On pense à Barney le Patron ("That’s It") pour le chant lead, avec ses fins de phrases typiquement glaviotées ("Capitalism Excesses"). Et les chœurs nombreux, plus particulièrement ceux d’Emilie la bassiste, brisent la routine qui pourrait s’installer.

On a l’impression parfois d’entendre du Brujeria, en bien moins fainéant, je vous rassure ("In Our Attitude"). Et vous vous doutez que le propos est éminemment politique comme toute plaque de Grind se doit de l'être.

 

Redoutable par bien des aspects, For Those We Hate ravira tout fan de Grind léché et meurtrier.

Comme le disait Cobra Commander : Grind or Die.

photo de Crom-Cruach
le 17/11/2021

9 COMMENTAIRES

Matt Gr0bzr

Matt Gr0bzr le 17/11/2021 à 09:44:06

Merci !!!!! Ça fait super plaisir !

Hell Gino

Hell Gino le 17/11/2021 à 12:57:26

Merci infiniment. Ce genre de chronique est l'une des plus belles récompenses que l'on puisse avoir.

8oris

8oris le 17/11/2021 à 13:28:46

"plus sexy que Santanico Pandemonium dansant au Titty Twister."
Ca, c'est de la référence ! 

Xuaterc

Xuaterc le 17/11/2021 à 15:13:11

Et en plus le batteur pose avec un T-shirt Stupeflip!

cglaume

cglaume le 17/11/2021 à 18:07:59

Le batteur a des goûts particulièrement Nawak ;)

Matt Gr0bzr

Matt Gr0bzr le 17/11/2021 à 18:23:42

Alors, oui, j’ai bien un T-Shirt Stupeflip, mais sur cette photo je vois un Cannibal Corpse 🤔

Xuaterc

Xuaterc le 17/11/2021 à 19:44:34

https://scontent.fcdg4-1.fna.fbcdn.net/v/t1.6435-9/179382884_142866937847122_5502208331168105250_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=8bfeb9&_nc_ohc=W3LQaUqB3QoAX8Gl0-r&_nc_ht=scontent.fcdg4-1.fna&oh=9bf9ffe95edc3763ed2c0114d6767ac2&oe=61B91828

Matt Gr0bzr

Matt Gr0bzr le 17/11/2021 à 21:49:52

Ah mais ouiiiiiiii !! 😁

Xuaterc

Xuaterc le 18/11/2021 à 12:19:29

Moi aussi j'en ai un. Et j'en ai parlé à plusieurs reprises pour ce webzine

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Ulver - ATGCLVLSSCAP
Demersal - Death Routines