Mora Prokaza - By Chance

Chronique CD album (31:47)

chronique Mora Prokaza - By Chance

Imaginez la scène :
Les enfants sont couchés et sont réunis autour de l’apéro cinq amis: le guitariste d’un groupe de Thrash / Death, fan de Megadeth, votre humble serviteur, et trois jeunes femmes dont les goûts metalliques se situent plutôt autour de Gojira, Anathema, SepticFlesh... Dans le courant de la conversation, je lâche un :
« - J’ai reçu un disque à chroniqueur d’un groupe qui mélange Black Metal et Trap.
⁃ Et quoi ?
⁃ Trap music, cette sorte de Rap...
⁃ Ah oui, je vois!
⁃ Vas-y, fait écouter.
⁃ Je ne suis pas sûr, ça va casser l’ambiance, c’est vraiment dégueu, c’est du Black quand même.
⁃ Allez, vas-y, je suis curieuse. Comment s’appelle ton truc?
⁃ Bon puisque vous insistez, je vous aurai prévenus. C’est Mora Prokaza. Cherche le clip de « WIMG ». »
Miracle des technologies modernes, un smartphone, des enceintes Bluetooth, le son du groupe emplit l’espace.
« - C’est pas mal cette intro...
⁃ Le chant est quand même bien crade.
⁃ Ça rend bien ce break. »

Bref, voilà trois des convives sur quatre convaincus par le clip qu’ils viennent de voir, moi qui pensait faire face à un rejet massif et une fois de plus passer pour celui qui a des goûts musicaux à donner des sueurs froides à Steve Reich.

Fondé en 2014 à Minsk, capitale de la très démocratique Biélorussie, le duo Mora Prokaza a commencé sa carrière en livrant deux albums de Black Metal demysteriisdomsathanassien. Classique, bien exécuté mais pas transcendant. Certainement conscient que ce n’était en persévérant dans cette voie qu’il allait pouvoir sortir du lot, dès 2018, avec la sortie du single numérique « Blacker Than Black » il décide de proposer une musique plus ambitieuse. Fort d’une signature chez Season Of Mist, Mora Prokaza, avec By Chance, son troisième album, divise les Internets: coup de génie ou vacuité tant du discours que des intentions. Sans crier à la révolution musicale, j’ai été convaincu par cette étrange mixture, qui, sur le papier, apparaît comme particulièrement incongrue. J’ai pour ma part, été emballé, je trouve qu’assez étonnamment, ça fonctionne, malgré ses défauts.

La production n’est pas au top, le son fluctue parfois, il aurait peut-être pu bénéficier des avantages d’un vrai studio. Certaines influences sont parfois très audibles: écoutez les arpèges en début de « I’m Not Yours » et dites-moi si vous ne pensez pas à « Set The Controls For The Heart Of The Sun » de Pink Floyd malgré l’harmonica qui lui donne une ambiance western. Il n’y a réellement que sur le single cité plus haut et pendant « I’m Human » que l’auditeur retrouve des sensations Black Metal.
 

Farmakon, sorte de Dani Filth du ghetto, MC Farfadet, se fait le narrateur, en anglais et dans sa langue maternelle, d’un quotidien biélorusse fait de drogues, de violences et de folie. Son flow, mélange entre shrierks, phrasé Hip-pop et vocaux Indus, se montre particulièrement dérangeant. Nul besoin pour lui d’entrer dans une course, à la fois ridicule et éculée, à celui qui sera le plus satanistes, ouvrir les yeux et regarder son quotidien au doux parfum de fange, de mort et de mauvais alcool lui suffit.

photo de Xuaterc
le 18/08/2020

3 COMMENTAIRES

Jor

Jor le 18/08/2020 à 10:40:17

Cet album est une sacrée surprise.
Après une réaction initiale de rejet à l'idée du mélange, à l'écoute je dois dire que c'est plutôt excellent et dérangeant, très black metal finalement dans l'esprit. Quelques trouvailles vraiment osées et excitantes, comme cet accordéon à un moment. Bref, très recommandé à ceux qui veulent s'écoute quelque chose de vraiment nouveau, et bon!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 18/08/2020 à 11:09:48

Ton auditoire était tout de même bien disposé: sur une amatrice de Folk Metal ou de Danko Jones comme ma chérie, ça passe moins bien. Je confirme que ça passe bien crème avec une pote beumeuse ! Il reste une aimable récréation salissante faite de haut et de bas. Un sympathique 7/10 pour moi

cglaume

cglaume le 18/08/2020 à 12:07:27

M. Pokora qui vire Beumeuh, je l'avais pas vu venir.

(ç'pas ça ?)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements