Mortuary - Nothingless than Nothingness

Chronique CD album (41:05)

chronique Mortuary - Nothingless than Nothingness

J'aime bien la Lorraine. On y mange bien, et chose extrêmement surprenante pour les sudistes (entendre les alentours de l'Etang de Berre pour les connaisseurs. Les écolos doivent connaître. En pas bien.) dont je fais partie: on ne risque pas de se faire écraser tout les 2 mètres. Rien que pour ça, la Lorraine vaut le déplacement. Si on y ajoute les productions musicales du maintenant officiel Grand-Est, alors cette région devient incontournable.

 

 

Mais laissez moi vous parler plus particulièrement de Nancy: Nancy abrite une petite scène Grind et Death/Thrash très prolifique (oui comme la région en général, rha tu casses toute mon ambiance là!) . Bon dis moi: quels noms te viennent, comme ça?

 

 

Logiquement tu me répond: Blockheads, Scarve, Phazm, Benighted Soul si tu est plus sympho ou que tu confond avec les stéphanois, Massive Charge et Ghord si tu lisait la page démo des magasines musicaux durant la dernière décennie, Asshole si tu connait vraiment bien la scène. En fait, bingo pour toutes ces propositions (sauf Benighted Soul, on parle Death/Thrash/Grind après tout, grandes spécialités du Grand Est/Bourgogne Franche Comté avec les mirabelles et la saucisse fumée. Avis aux entrepreneurs qui seraient tentés par une variante locale du Cassoulet Show).

 

 

La bande à Patrick et Jean-Nöel fait précisément partie de l'avant garde de cette scène bien sympathique, qui n'a quasiment déçu personne en 27 ans et 4 albums. Alors ce Nothingless Than Nothingness, est ce que c'est dans la poche?

 

Et bien cash, une fois n'est pas coutume: voui. Beaucoup de choses dont déjà été dites par nos divers meilleurs concurrents, par conséquent j'irais à l'essentiel:

 

Suivant la voie tracée 6 ans plus tôt par G.O.D, Mortuary préfère laisser un peu de côté le blast rageux de sa période Agony in Red pour privilégier la variété dans ses compos. On ne s'en plaindra pas:

Après 2 premiers titres qui misent surtout sur l'efficacité, Mortuary nuance en mélangeant blast/passages plus mélodiques/solos ("Above", l'ambiance limite Moonspellienne de "Kingdom"), voire se risque à un petit passage atmosphérique sur "K". Si l'influence la plus palpable reste Malevolent Creation, Mortuary est arrivé à développer sa propre personnalité et, dans un même phénomène de pionnier, un Death/Thrash lorrain assez reconnaissable. Toujours du blast, de la mélodie, un gros coté old school (la cover de" Morbid Existence" vaut son pesant de mirabelles) et une belle pochette, what else?

 

 

Si vous êtes plus bourrin, Agony in Red reste indétronable dans leur discographie. Si un peu d'ambiance ne vous file pas des boutons, ce Nothingless Than Nothingness vaut autant le détour que la bière locale.

 

Blast'n'beer.

 

photo de Al Maazif
le 03/05/2016

1 COMMENTAIRE

cglaume

cglaume le 03/05/2016 à 12:23:18

Typiquement le groupe dont je dois posséder une vieille K7 pré-an 2000, et dont je n'ai jamais plus rien écouté depuis... Et puis ça va continuer puisqu'il n'y a rien dans l'habituel player d'en haut à gauche de chronique ! :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021