Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Necroblaspheme - "Belleville"

Necroblaspheme - "Belleville"
chronique Necroblaspheme - Belleville
7/10 0

Acheter Necroblaspheme Belleville sur Amazon

CD album CD album (40:32 )

 

Style musical : 

Atmospheric Death/Black Metal

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

Rempart
Le discours du bitume
How Did We Get There
Two Trees (DeadWood)
Hyperspace
Waiting to Exhale
Freed
The Grande Boars Haunting
Gouffre
Such a Lot

 

Label : 

Autoproduction

 

Lieu d'enregistrement : 

Studio Sainte Marthe
Dans le même style :
She Said Destroy - Bleeding Fiction

Je n'étais pas forcément le mieux placé pour chroniquer un nouvel album de Necroblaspheme. Avec un début de carrière dans le death pur jus de cadavre, on n'était pas réellement dans mon cœur de cible. Mais depuis la sortie de l'E.-P. XXVI: The Deeper, the Better, le groupe a mis de l'eau dans son natron et emprunte des voies plus subtiles, n'hésitant pas à rendre sa musique plus raffinée. Pour ces raisons, je me décidais à jeter une oreille plus qu'attentive à ce Belleville.

 

Le son, tout d'abord, clair et précis, mais néanmoins puissante, n'est pas si éloigné que ça de la scène melodeath suédoise. Des riffs précis et acérés, mais n'oubliant pas de se faire groovy, viennent se poser sur une batterie aux riffs variés, qui ne donne pas dans l'ultra rapide constant et systématique. La leçon des grands frères Gojira a été retenue et assimilée, pour ancrer la musique dans le groupe dans le XXIè siècle. Le death blackisant de Necroblaspheme se plaît dans la création et le changement d'atmosphères, à l'aide de subtilités, quelques notes de guitare acoustique, un sample de dialogue de film sur fond de basse, nombreuses variations dans les vocaux… Les trois instrumentaux placés à mis parcours viennent en revanche casser un peu la dynamique de l'album.

 

Le groupe n'oublie cependant pas ses vieux réflexes en dégainant riffs sanguinolents et blast beats (« Waiting To Exale », « Gouffre ») ou encore chants de cochons (« The Grande Boars Haunting »), qui nous rappellent le passé de bouchers des Français. Belleville se conclut sur une nouvelle ouverturee stylistique : « Such A Lot », limite post-hardcore, avec une structure simple et un chant hardcore.

photo de Xuaterc
le 25/03/2016

Commentaires

Jull

Jull le 25/03/2016 à 11:32:00

IP : 82.229.221.217

Je les avais vu en première partie de Napalm Death en 2012. C'était d'une pourritude inouïe!!!!!!

Xuaterc

Xuaterc le 25/03/2016 à 16:57:39

Ah ouais, carrément...

Jull

Jull le 25/03/2016 à 18:52:56

IP : 82.229.221.217

Franchement ouais c'était très mauvais

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Nanowar Of Steel - Tour-Mentone Vol. I

Évènements

IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017The Texas Chainsaw Dust Lovers + Watertank au Ferrailleur à Nantes le 21 octobre 2017Jarboe aux Instants Chavirés à Montreuil le 21/10Soirée Play for Humanity Au Scarabée à La Verrière (78) le 11 novembre 2017AGNOSTIC FRONT + RISE UP à La Tannerie à Bourg-En-Bresse (01) le 15 novembre 2017NASHVILLE PUSSY + SINNER SINNERS + 11Louder à La Tannerie à Bourg-En-Bresse (01) le 10 novembre 2017