Nero Or The Fall Of Rome - Beneath the Swaying Fronds of Elysian Fields

Chronique CD album (57:37)

chronique Nero Or The Fall Of Rome - Beneath the Swaying Fronds of Elysian Fields

« Sing sing sing to the slaves
Sing to the slaves that Rome burns ! »

 

Sous le règne de l'Empereur Néron, le 16 juillet 64, alors que la ville est endormie, des flammes viennent illuminer le ciel nocturne de la capitale de l'Empire romain. Pendant sept nuits et six jours, l'incendie fait rage, détruisant dix des quatorze quartiers de la ville et l'on dénombre des milliers de morts et des centaines de milliers d'habitants ont perdu leur logement. Longtemps, l'historiographie a attribué le départ du feu au Princeps, principalement orientée par les écrits de Suétone, ouvertement hostile à Néron. Des travaux historiques récents tendant à innocenter l'Empereur et à attribuer l'incendie une origine accidentelle, même si la thèse de l'action criminelle d'un groupe de chrétiens est tenace. Toujours est-il que l'image d'un Néron se réjouissant du spectacle de la ville partant en fumée et chantant La Chute de Troie a la vie dure.

 

S'il pouvait encore persister un doute après l'annonce du nom de ce nouveau projet italien (qui est également le titre d'un film de 1909), la pochette de son premier album, une surproduction du tableau d'Hubert Robert, Incendie à Rome, 18 juillet 64, le lève sans ambiguïté. C'est bien cet événement tragique qui sert d'influence principale des Véronais. Formé il y a deux ans, le groupe comporte quatre membres actuels ou passés de la formation de Black Sympho Riul Doamnei, active depuis 2001. Loin d'être des néophytes donc.

 

Ce n'est pas un hasard si j'ai emprunté ces paroles de Primordial pour l'intro de cette chronique, car Beneath the Swaying Fronds of Elysian Fields m'a énormément rappelé les premiers albums de la formation irlandaise. Mais il serait idiot de s'arrêter à cette évocation. Certes, ces derniers ont clairement influencé Nero or the Fall of Rome mais les deux groupes partagent sans aucun doute une passion pour Bathrory. En résulte un Black Metal épique, plus subtil qu'il n'y paraît. Malheureusement, la production plutôt old-school, dessert à mon goût, en particulier les guitares qui manquent parfois un peu de mordant et la batterie est parfois trop présente dans le mix.

 

Les titres s'étirent, au long de structures intelligentes, qui contribuent à la construction des atmosphères antiques, mais pas exclusivement, puisque, par exemple, « Graves Above » relate une expédition en Himalaya, au destin funeste datant de 2019.

 

S'il n'est pas exempt de défauts de jeunesse, Beneath the Swaying Fronds of Elysian Fields fait preuve d'une réelle maturité, en particulier au niveau des arrangements et de la mise en place des ambiances. En travaillant à se détacher plus de ses modèles et à affiner les parties vocales entre autres, Nero or the Fall of Rome y gagnerait assurément.

photo de Xuaterc
le 11/06/2020

2 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 11/06/2020 à 12:15:45

J'serais pas non plus allé au-delà de ce 7/7.5 sur 10. Heureusement qu'il y a cet écrin historique... 

Seisachtheion

Seisachtheion le 11/06/2020 à 12:15:46

J'serais pas non plus allé au-delà de ce 7/7.5 sur 10. Heureusement qu'il y a cet écrin historique... 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements