None Shall Be Saved - Those Days Are Gone

None Shall Be Saved - "Those Days Are Gone"
chronique None Shall Be Saved - Those Days Are Gone
None shall be saved est un groupe que l´on peut qualifier de récent. En effet, ils se sont formés en 2002 à Marseille. Malgré leur « jeunesse », ils ont déjà sorti une démo (« Choose your side ») et un EP (« Knowledge is the key... »). Those days are gone, quant à lui, est sorti en novembre 2005. Ils définissent eux-mêmes leur style comme étant du old to new school hardcore, tout un programme qui consiste à « mélanger des passages old school à des riffs slayeriens ».

Il m´aura fallu plusieurs écoutes de « Those days are gone » pour pouvoir me faire une idée assez juste de ce qu´il vaut. Au premier abord, j´avais l´impression de toujours écouter la même chose, que les 12 chansons n´étaient qu´en fait une seule et même piste : toujours la même voix (chant en anglais), pas énormément de variations de rythmes, etc... Ensuite, j´ai appris à découvrir cet album comme il se doit et je dois dire que je n´en suis pas déçue. Par exemple, chose que je n´avais pas remarqué au début : on peut même entendre une espèce de riff un peu « heavy » sur la chanson « Enemies ». Quelques refrains sont repris en choeur par d´autres membres du groupes (lesquels, je sais pas !) notamment la chanson « None shall be saved ». En fait, je pense donc qu´il faut plusieurs écoutes pour pouvoir déceler toutes ces petites originalités que peut nous offrir cet album.
Cela dit, je reprocherai quand même à cet album c´est que la voix est vraiment toujours la même et ça en est parfois un peu lourd. C´est dommage parce que sur certaines chansons, on découvre que le chanteur peut alterner grave et aiguë sans grande difficulté alors dommage qu´il ne mette pas cette chance un peu plus en avant.
Côté musical, c´est du Hardcore : tous les ingrédients habituels y sont alors c´est pas trop la peine de s´étaler là-dessus.
Je pense que la longueur du CD (une demie heure) est raisonnable. Au-delà, on pourrait vraiment avoir l´impression de tourner en rond.

En conclusion, je dirai que cet album présage vraiment un bon avenir à ces marseillais. Je le conseille vivement à tous les hardcoreux qui y trouveront sûrement leur bonheur et qui ne passeront pas au-dessus des bons côtés de cet album que je n´ai pas su trouver puisque le hardcore n´est vraiment pas mon style de prédilection.
photo de Betty
le 02/08/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019