Oddism - With The White Tiger

Chronique CD album (21:01)

chronique Oddism - With The White Tiger

Après Dance In The Maze (quel beau titre pour un album de mathcore), Oddism refait surface (6 ans, c’est long) avec With The White Tiger (un titre avec une belle musicalité en bouche mais moins indicatif du style).

J’aime bien la chronique de Freaks parce qu’il dit en une phrase ce que j’aurai pu vous écrire en 15 lignes. Du coup, je le cite: "Meshuggah, Botch, The Dillinger Escape Plan ou encore Nostromo, voilà en somme les influences majeures qui ressortent de ce Dance In The Maze. A contre courant de ce qui se fait actuellement, je veux bien sûr parler de l'ère Post-hardcore que nous traversons et qui n'en finit plus, Oddism joue dans un registre Mathcore Oldie, propose une série de morceaux aux structures barrées, complexes, techniques et avec surtout une grosse envie d'en découdre.

En 2017, je ne sais pas si c’était vrai mais en 2023, ça l’est plus que jamais. J’aurais peut-être simplement adapté cet appétissant name dropping en des références plus actuelles. Oddism pourrait dans une certaine mesure se rapprocher d’un Frontierer, d’un Chamber ou même d’un Car Bomb. La proximité la plus évidente me semble à chercher du côté de Ion Dissonance (pour les connaisseurs). Mais toute rassurantes et pleine d’honneur soient ces références, Oddism me semble proposer un mathcore à la personnalité affirmée et surtout originale. La technicité est à rechercher dans les rythmiques, dans le song-writing, pas dans des leads qui débouleraient à coup de notes issus de gammes dissonantes et bizarroïdes. On est plus dans le #GrooveTech que dans le #StayTech..
 

Les morceaux se présentent de manière très déstructurée mais les tempos plutôt moyens rendent ces destructurations à la fois plus faciles à appréhender (= vous avez plus de temps pour compter 1 et 2 et 3 et 4 dans votre tête) mais d’un autre côté plus facilement engluantes (= pas de bol, fallait compter 1 et 2 et et 1 et 2 et 3 et et 1). Oddism a réussi à faire passer la pulsation du statut de “boussole musicale à portée de main” à celui de “lointain phare embrumé” et…c’est très plaisant. Ce n’est pas non plus un incessant gimmick poussé à son paroxysme comme chez Car Bomb, c’est une des composantes de ce qu’a à offrir le groupe. Il savent aussi se reposer (et nous avec) le temps de choses plus conventionnelles, plus mesurables à défaut d’être mesurée (on reste dans le registre de l’éclatage de dents) et toujours bienvenues...


Enfin, Oddism se paie le luxe d’une approche quasi post-hardcore, mélangeant des ambiances plus aériennes, plus shoegazienne, voire quasi-screamo comme dans l’outro de "Born In Tophet"...ou l’intro de "You Are The Circle", la suite de ce dernier étant plus frontale, le mélange sucré-salé n’en fonctionne que mieux.

L’album est court…21 minutes, 7 titres…Mais ne vous faites pas avoir…21 minutes, c’est court sauf qu’il va falloir l’écouter une bonne vingtaine de fois avant de l’avoir bien compris ce Tigre Blanc.

 

Un autre aspect très agréable de cet album est la production qui n’est pas chirurgicale. Alors, entendons nous bien, je n’ai rien contre les groupes techniques qui éditent leur piste à coup de truelles pour coller à une grille rythmique pas évidente mais chez Oddism, on devine qu’il y a peu d’editing: ça joue bien, y a pas besoin. Du coup, c’est propre mais vivant. C’est aussi ce qui fait que le groupe me semble bel et bien cantonné à un registre hardcore (ou mathcore pour les jargonneurs) plutôt qu’à un registre métal. Il n’y a pas non plus ce côté piquant acide comme chez The Dillinger Escape Plan ou Nostromo. Si ces deux derniers ont cassé bien des dents, c’était celles de devant. Oddism fait (globalement) dans le mathcore lourd, plutôt destiné à l’extraction des molaires.

 

Bref, vous avez compris pour changer de râtelier sans prise de tête, c'est simple: Calculating Infinity de The Dillinger Escape Plan pour les incisives, Argue de Nostromo pour les canines et With The White Tiger d'Oddism pour les molaires (et n'importe quel titre de Psyopus pour les dents de sagesse), si vous voulez tout faire en une fois, on a Cromy, l'un des meilleurs stomatologues de chez CoreAndCo.

 

Oddism, c’est technique mais pas à outrance, c’est mathcore mais pas sans ambiance, c’est évident mais pas sans souffrance, c’est original mais pas sans influences...Les mathcoreux aux accointances metalliques devraient apprécier tout comme les métalleux aux accointances mathcoriennes, les autres devraient essayer car With The White Tiger est un album qui assoie la bonne santé du mathcore made in France...

 


On aime bien: la durée bien vue pour une meilleure digestion, la production, un mathcore orienté groove et orignal

On aime moins: pas grand chose...peut-être un peu court pour les connaisseurs rodés à ces styles complexes...

photo de 8oris
le 27/11/2023

5 COMMENTAIRES

Brutal Grreg

Brutal Grreg le 27/11/2023 à 09:45:32

Waw, chro superbe qui donne envíe de gouter. J'y vais de ce pas.

Tookie

Tookie le 27/11/2023 à 09:52:40

Ouep, rien à jeter. Ils viennent aussi de sortir un clip avec de belles images et en live ça tient carrément la route. Vraiment un excellent groupe.

8oris

8oris le 27/11/2023 à 10:14:26

Effectivement, je n'en ai pas parlé mais le groupe a sorti deux clips pour accompagner la sortie de l'album et ça vaut très largement le coup d'oeil.
Les liens :
https://www.youtube.com/watch?v=2J_PLoz6phM
https://www.youtube.com/watch?v=TSQMh5uiz70

Freaks

Freaks le 27/11/2023 à 15:34:29

Merci pour le petit clin d'oeil Boris ça fait toujours zizir.
En tout cas ta chro donne bien envie de se refaire bordéliser par le groupe ;)

Pingouins

Pingouins le 27/11/2023 à 16:04:58

Je l'avais écouté une paire de fois à sa sortie, il est bien chouettos en effet, j'espère avoir l'occase de les voir dans le coin, ça doit être bonne ambiance :)
Très chouette chro également, à la hauteur du disque :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Bongzilla + Tortuga + Godsleep à Paris, Glazart le 14 mai 2024
  • Seisach' metal night #5 et les 20 ans de COREandCO !

HASARDandCO

Hacavitz - Darkness Beyond
Evil One - mars 2011