Pet Genius - Pet Genius

Chronique CD album (29:50)

chronique Pet Genius - Pet Genius
CAVE IN bien parti pour être laissé de côté pendant un certain temps, Stephen BRODSKY n'entends pas rester chez lui les bras croisés à rien faire. Une fois avec NEW IDEA SOCIETY, ensuite avec son "Octave museum", et maintenant, nouveau temps d'occupation : Pet genius, le gars aime bien varier ses plaisirs, et c'est tant mieux pour nous : à chaque fois, c'est une réussite.

ALors qu'avons nous à se mettre dans les esgourdes cette fois-ci ? Tout simplement un excellent album de rock, au sens large du terme. Très varié, allant de l'énergie pure ("Walls of etiquette") à une pop song magnifique ("Man of the mountain"), y a pas à dire, Stephen et sa bande arrivent à nous scotcher litéralement à leur musique. Et pourtant, tout est fait pour qu'à la base ce groupe soit sans prétention : pas de grosse promo, pas beaucoup d'infos à se mettre sous la dent... Et c'est peut être ça qui fait agir le charme également : on n'en attendait rien, et pourtant, c'est la baffe.

Sincèrement, ça faisait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à m'écouter et à me réécouter un petit album de rock comme ça. De l'intro avec un son de gratte pourrave de "Float my boat" qui enchaine sur un bon petit riff, un son puissant et la voix de sieur Brodsky toujours aussi reconnaissable, aux expériementations vocales de "Erase the speed the time", en passant par le blues-rock de "chromatic blues" (ouais, pas été chercher loin pour le titre), y a pas à chier, ça le fait. Je pourrais encore en rajouter des tonnes, comme le côté folk-rock très sympa de "the visiting dynamiter" par exemple, mais là je serais obligé de passer tous les titres en revue, et vous gâcher votre plaisir en découvrant les expérimentations des 3 gaillards.
On peut rajouter également que le côté décalé du groupe -voir les illustrations myspace- ajoute un côté fun au combo, loin, mais alors très loin d'une quelconque sphère commerciale.

Le souci de l'album sera peut être sa durée, 29 minutes seulement, beaucoup pourraient l'oublier aussi vite qu'ils ont mis le temps à l'écouter. Mais malgré sa facilité d'accès, cet album reste toujours aussi agréable à écouter au fil du temps. La voix de Brodsky y est certainement pour beaucoup, les fans inconditionnels de CAVE IN savent de quoi je parle. Mais la musique est loin d'être en reste, et le côté bordelique des compos au prime abord laisse rapidement sa place à l'idée de créativité sans limites. Le combo n'a vraiment pas voulu se brider, ce côté "side-project" permet sans doute cela. Et au final, c'est tant mieux, car ce disque est sacrément rafraichissant ! Allez Stephen, reviens quand tu veux.
photo de Pidji
le 27/02/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements