Point Mort - Pointless

Chronique CD album (54:16)

chronique Point Mort - Pointless

Le voilà le tout premier album de Point Mort, groupe qui a su par le passé avec seulement deux EP à son actif, convaincre les programmateurs de festivals notoires et incontournables de l’hexagone. Deux années se sont écoulées depuis R(h)ope, avec en guise de pause forcée une pandémie, que ça fait du bien qu’elle est derrière. Pas de tout repos néanmoins cette période pour Point Mort qui s’est concentré sur la composition des morceaux qui figureront sur leur album inaugural Pointless.

 

On appréciait à l’époque un combo qui traversait avec grande aisance les genres musicaux pour proposer un ensemble cohérent dans sa variété. Même si la lame de fond reste pour l’essentiel Post-Hardcore, les skills musicaux et emprunts aux différentes scènes extrêmes sont foisonnants. Du Crust, au black, au Thrash en passant par le hardcore chaotique et j’en passe… La musique de Point mort ne tient pas en place, son riffing est à la fois hyper remuant, groovy au possible et souvent dans les moments moins tendus et plus enlevés, mystérieux et profond. A noter également des séquences de pure mélancolie, et ce lorsque le tempo retombe et où les notes se veulent d’avantages tires larmes, en nous épargnant au passage de mielleuses facilitées. Varié cet album l’est, et ce à l’image d’un chant qui va à la pêche aux tessitures vocales, dans des eaux successivement tempêtueuses, reposées, poétiques et limpides. Le chant est nuancé au possible et les manifestations sonores variées en colorations. Comme dit dans une précédente chronique du groupe (Auto-ref de l’humilité), les jaillissements vocaux de Sam ne sont pas sans rappeler les fracturations accoustiques de Caro d'Oathbreaker, avec le supplément d’harmonie et de maîtrise pour Sam lorsque les vocalises redescendent en décibels. Niveau comparaison élogieuse, difficile de faire mieux de mon point de vue. En vrai, le chant est d’une propreté, sensibilité et énergie remarquable. Un atout majeur pour le combo Parisien.

 

A l’écoute de « Olympe », on sent qu’un cap a été franchi depuis R(h)ope. « Olympe » fait partie avec « Ash to Ashes » des morceaux fleuves du skeud, 11 minutes qui nous plonge dans un maelstrom musical intense, où les moments d’accalmies restent de courtes durée mais toujours salutaires, nous donnant juste le temps de reprendre notre respiration avant de redescendre dans le tourbillon Post-Hardcore qu’est « Olympe », et par extension Pointless. 

 

Par rapport à R(hope) et Look At The Sky, Pointless est bien plus abouti dans ses intentions, tout semble plus réhaussé sur cet album. Le niveau de jeu des zikos, la production bien plus marquée, les contrastes musicaux etc., Pointless est l’album de l’accomplissement pour un groupe qui maîtrise très bien son propos malgré les nombreuses ambivalences esthétiques. Point mort était à l’affiche de nombreux festivals dont les côtes sont devenues indiscutables, des monuments et des institutions en voie d’être construites. En souhaitant à Point mort de rester le plus vivace possible et d’échapper aux logiques d’institutionnalisation ; des logiques qui seraient synonyme d’inertie et de désuétude historique. Mais rassurons-nous, l’avenir est encore bien mouvementé pour ce combo qui remue, de par sa créativité et sa sincérité, des émotions bien vivaces même si profondément antagonistes. Et on en redemande volontiers...

photo de Freaks
le 12/05/2022

3 COMMENTAIRES

Pingouins

Pingouins le 12/05/2022 à 11:11:09

Excellent album. Dans les prétendants au top de l'année en ce qui me concerne, si je parviens à dépasser les voix claires que je trouve parfois trop légères.
Par contre les voix hurlées sont vraiment excellentes, de même que les compos. Et je vois tout à fait ce côté Oathbreaker dans les transitions vocales clair/hurlé, en effet !
J'aimerais fort les voir en live !

Tookie

Tookie le 17/05/2022 à 13:04:02

Excellent ! Un cap, non que dis-je, une péninsule a été franchie depuis R(h)ope : le son est bien meilleur, les compos plus riches (plus chaotique aussi), le chant a gagné en variations, ça a gagné en efficacité tout en étant plus complexe (ouais).
Il sera aussi sans doute dans mon Top de l'année.

pidji

pidji le 18/05/2022 à 09:09:12

Oui, comme toi pingouins, certains passages "voix claire" ne passent pas parfaitement, mais sinon c'est du tout bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements