Quartier Rouge - Nouvelle Vague

Quartier Rouge - "Nouvelle Vague"
chronique Quartier Rouge - Nouvelle Vague

Ca faisait bien trois ans que je n’avais pas mis les pieds dans le quartier, dans le quartier rouge, j’entends. Et en trois ans, la physionomie de ce dernier a quelque peu changé. Le mur de basse a disparu, remplacé par un truc qui représentait le futur dans les années 60, non pas une barre HLM, mais un synthétiseur. Le son s’est éclairci aussi, il est moins touffu ; ça résonne moins quand les jeunes étudiants de l’apocalypse* frappent avec leurs bâtons sur les carcasses de voiture, en criant des insanités en français ou en anglais (c’est selon, mais de toute façon, j’y comprends pas grand-chose…), accompagnés  par le crissement  continu des cordes éclectiques.  Et pis, le soleil semble y pénétrer un peu plus, chose logique quand on abat des murs.

 

Au rang des nouveautés, on trouve aussi des plages plus longues. Avant, en 2 minutes, on avait fait le tour. Maintenant, y’a des moments où faut bien 5 ou 6 minutes avant d’espérer retrouver la route. C’est pas que y’en a plus, de plages. En 20 minutes chrono, on a fait le tour du propriétaire,  mais c’est un peu comme si ils avaient disposés les morceaux autrement, ça doit être ce qu’on appelle la réhabilitation des quartiers. Mais attention, on a toujours nos plages, certes,  mais toujours pas de sable fin. Ici, c’est sur des tessons de bouteilles et mégots encore rougeoyants qu’il faut poser sa serviette. Du coup, les gens se coupent et se brulent, c’est pour ça qu’on l’appelle le quartier rouge, à cause du feu et du sang, pas à cause des filles, enfin, pas seulement. Mais n’ayez crainte, pour soigner les blessures, y’a la  greffe de peau** artisanale. C’est même la mode dans le coin. Ça et le « Trois-un-j’ai »***, un truc importé des states et qui fait beaucoup de bruit. Depuis que je suis revenu, je suis accro. Le jeu consiste en deux équipes de filles ; Mes filles****d’un coté et des filles***** de l’autre. Au milieu du terrain, y’a une petite tour Eiffel en plastique et chacun complote dans son coin afin de trouver le meilleur plan pour exploser la tour Eiffel*******. Enfin bref, au bout d’un moment l’arbitre, un mec déguisé en sauterelle, se lève et commence le compte à rebours :

 

Trois…

 

Un…

 

Il oublie tout le temps le deux, je sais pas pourquoi.

 

J’ai…

 

Là, les filles se retournent. Tout le monde se lance vers le centre du terrain, y’a des chocs, des gnons, la plupart des participantes tombent dans les pommes, et c’est le plus souvent à ce moment là qu’on voit les petites étoiles qui tournent au dessus de leur tête, comme dans les dessins animés, et qu’on comprend leur sens :

 

 

                        *Doomsday Student                     **Skin Graft                              ***Three one G      

 

                                                        ****Daughters                                   *****Some Girls

 

                                                               ****** The plot to blow up the Eiffel tower

 

Y’a pas à dire, même si il a un peu changé, mon quartier,  il fait toujours bon y regarder les étoiles.

 

 

Explication de la note : [(Greffe de peau ² - HLM) x (Tessons de bouteilles)] / 31G = 8,25/10

photo de Crousti boy
le 12/03/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements