Sadus - Out for blood

Sadus - "Out for blood"
chronique Sadus - Out for blood
Groupe de death formé dans les années 80, SADUS revient après "Element of anger" datant de 1997, avec très peu de bouleversements de line-up (chose plutôt rare dans le milieu métal extrême) ; seul Rob Moore (membre fondateur et guitariste) a quitté l´aventure. Pendant ces neuf années certains membres ont participé à différent groupes ensemble ou séparément (Drangonlord, Testament avec notamment Steve DiGeorgio et Jon Allen).

Ca commence par une minuscule intro (comprise dans le premier titre), puis la batterie arrive secondée par la basse; tout ce joli monde est suivi quelques mesures plus tard par la guitare et les voix. La voix est comme d´habitude chez sadus; c'est une voix de vieux sorcier s´essayant aux râles thrash ; la voix de Darren Travis est un peu plus grosse que par le passé, moins lisse mais toujours dans un registre années 80. Dans un premier temps elle fait vieillotte, écorchée, viscérale, agressive (son style se rapproche des vocaux de John Tardy en moins lourd et profond mais nettement plus compréhensible). Heureusement elle est souvent secondée par des voix nettement plus viriles le temps des rappels vocaux; cependant les cris du chanteur à la fin des phrases sont du plus bel effet. La musique, même si ralentie, est encore efficace. Elle est plus lourde; les riffs de guitare, sans être innovant, sont bien placés. Les rythmes sont moins acérés que par le passés; en contrepartie ils ont gagnés en groove ; les tempos sont ralentis. Si leur musique se ralentie avec le temps elle reste toujours technique, le bassiste nous montre qu´ il n´a pas fait parti du légendaire DEATH sur deux albums (Individual Thought Patterns et Human album) inutilement ; sa basse claque, groove, donne le tempo, ronronne . Elle est ronde et omniprésente, mise au premier plan dans les compositions et donne du volume à l´enregistrement. Elle relègue presque la guitare à un instrument d´accompagnement. Jon Allen tatane ses fûts de manière plus brutale et moins fluide que par le passé en donnant une touche plus tribale et hard-core sur certains passages (ou sur Down). Des vieux sons tous kitch apparaissent parfois pendant certain morceaux (notamment sur le cinquième) pour apporter une ambiance plus lourde, mouais pourquoi pas... Ils auraient plutôt dû utiliser des samples plus originaux et moins vieillot.

Divers sentiments m´assaillent à l´écoute de cet album : c´était mieux avant, quand c´était plus rapide, directement dans notre tronche, sans artifices qui parcourent cette album. Et pourtant le côté vieillot peu paraître lassant. cependant j´apprécie le groove remportant la lutte contre la vitesse. J´avoue quanf même un certain plaisir à l´écoute de ces vétérans. Et surtout Steve DiGeorgio donne une leçon de basse phénoménale.
photo de Sepulturastaman
le 23/02/2006

1 COMMENTAIRE

Bertrand

Bertrand le 07/02/2007 à 01:26:28

Excellent album ! Merci pour cette chronique, pour ma part je mettrai plutot entre 8 et 9 :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019