Scaphist - Majestic Seal of Antiquity

Scaphist - "Majestic Seal of Antiquity"
chronique Scaphist - Majestic Seal of Antiquity

D'habitude je n'aime pas le blackened death metal, faut dire que ce n'est pas un style qui m'attire plus que ça ; j'ai bien jeté quelques coups de cage à miel sur différents morceaux mais la plupart m'ont laissé de marbre. mais là je ne sais pas pourquoi, les néo-zélandais de Scaphist me bottent bien.


N'aimant pas les voix slamming death et porno-gore mono-rot et ultra gruik-gruik from hell, je dois avouer ne rien avoir contre les gros chanteurs de death tout growlé, flirtant juste avec le GGFH.
Tout est dans la nuance, comprenez-vous ? On s'aime, on se frôle, on s'admire, on se jalouse, on se répugne, on se déteste mais toujours en nuance.Pour faire simple, Dylan Wiliam est un gros chanteur de brutal death, bien dans son t-shirt de Cannibal Corpse, bien avec ses cordes vocales ; c'est gros, massif, growlé comme un porc mais sans gruik-gruik from hell. Puis de toutes façons un des deux guitaristes et le bassiste apportent les diversités et les nuances d'un chant black-death gorge viciée et croassement de compète. En gros on a une bonne palette vocale de la tradition black-metal : brutalité, vitesse, hargne et corbeau maléfique + une complémentarité death metal.
On a aussi et forcément un batteur avec un premier mode mega-blast, et un deuxième mode master-double, ajoutez deux-trois cassures déboîtage de vertèbres.
Au premier abord, et pour les non-initiés, en gros tes voisins (quoi qu'à force les miens doivent avoir une idée assez précise du bruit ambiant), ta famille, tes collègues, tes amis (rayez la mention inutile) ce Majestic Seal Of Antiquity semble beaucoup plus primaire qu'il ne l'est réellement. Même si la caisse claire prend cher, on ne s'ennuie jamais car elle est plus war/nuclear-metal que black primitif.


Le reste est forcément du même accabit avec ses riffs mélangeant black et death à la Behemoth (bah oui faillait bien vous y attendre que je sorte ce groupe, en matière de death/black, et c'est une comparaison flatteuse), saupoudrez le tout avec du death brutal made in Pologne, une basse presque totalement black, des paroles (préparez l'huile de coupe) abordant la mythologie Persane (ça vous taraude le lance crotte ça ! Des néo-zélandais qui vont chercher leurs idées en Iran ; plutôt original pour des néo-zélandais qui jouent une musique du diable)...


Si comme Cobra vous êtes déçu du dernier Nile et que vous en avez marre d'écouter Melechesh, prenez un kiwi.

photo de Sepulturastaman
le 27/09/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Chromb! - II
Chronique

Chromb! - II

Le 23/12/2014

Death Grips - Nolovedeepweb