Selfless ? - Symétrie d'un ange

Chronique CD album (59:00)

chronique Selfless ? - Symétrie d'un ange

Mais qu’est-ce donc que la symétrie d’un ange ? Il s’agit d’abord de bien identifier ce que l’on appelle ange ! Est-ce la réminiscence judéo-chrétienne dont l’archer ailé un peu bouffi est le représentant le plus connu, ou est-ce l’être tant aimé ou avidement désiré ? Si l’on se réfère à la pochette, on pourrait imaginer la deuxième proposition. Soit, optons pour ce parti pris. Mais qu’est-ce donc la symétrie d’un ange, un visage parfait envoûtant … Oui, oui, avec deux yeux sur le visage pfff… Bande de comiques va ! Un corps de rêve (je vous laisse le choix de votre actrice/acteur ou pornstar préféré(e)) … Donc l’ange serait soit féminin ou masculin. D’ailleurs peut-on vraiment, s’attacher à l’idée d’un être asexué ?

Une fois l’être choisi, en pleine possession de votre esprit, vous pouvez aisément construire votre histoire. Elle sera forcément rocambolesque, invraisemblable, ponctuée d’escapades sexuelles intenses et de tourments homériques. Pour tout ça, rien de tel qu’une bande-son adéquate. Vous aimez le noir et le cuir, Selfless ? est fait pour vous !

 

 

Speed Vision, qui officie en tant que maître de cérémonie, aime ponctuer sa musique martiale et ambiante de bribes de dialogues de films et de références plutôt metal; il est d’ailleurs épaulé dans son initiative par Phil Black, un gratteux qui a digéré le meilleur de Killing Joke, et plus sûrement un grand panel des riffs estampillés heavy 80’s. D’ailleurs la voix de Speed Vision (le défunt Layne Staley qui se rêverait parfois d’être le regretté Peter Steele) s’amuse avec les riffs les plus improbables. Autant le dire d’emblée, le mariage n’est pas toujours vivifiant… Mariage non, mais pour une amourette ou un 5 à 7 c’est plutôt concluant. Non que l’on s’ennuie à l’écoute de l’album, nous sommes même surpris de la descente de manche incongru à l’un ou l’autre moment, malgré tout sur la longueur d’un album ça ne fonctionne pas. Les deux protagonistes ont leur monde bien à eux, ils s’y sentent bien, égoïstement.

 

 

Selon le point de vue que l’on adopte ou le musicien que l’on suit, on y trouve son compte. Les parties programmées et jouées avec des instruments parfois inattendus sont bien intéressantes et marquantes, le sel en est extrait d’une veine de chez cEVIN KEY de Skinny Puppy ou Justin « Godflesh » Broadrick. Les parties guitares… Ben oui, heavy originel en somme. Tout ce petit monde se rencontre avec bonheur ou… Pas. 

photo de Eric D-Toorop
le 08/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements