Sons of Alpha Centauri - Push

Chronique CD album (34:36)

chronique Sons of Alpha Centauri - Push

“Sympa”. C’est un terme qui sent la politesse gênée, de ceux que l'on utilise souvent pour parler de quelque chose dont on ne sait pas dire  franchement du bien ou du mal. 

 

Le dernier Gojira ? “Il est sympa.”
Berthier, le nouveau à la compta ? “Il est sympa.”

Le vin à 4 euros que tu as ramené de chez Nicolas ? “Il est sympa.”

 

Et alors, cette collaboration entre Sons of Alpha Centauri et Jonah Matranga - ex chanteur de de Far ? Vous la voyez venir de loin, elle est sympa. 

Vous ne connaissez pas Sons Of Alpha Centauri - les “Fils d’Alpha du Centaure” - ? Vous n’avez rien loupé si le Pelican réchauffé au micro-ondes post-rock ne vous enthousiasme pas. Push propose un saut en arrière dans le temps de vingt-cinq années et nous ramène tout droit à une époque au cours de laquelle Deftones, Far ou Quicksand étaient les piliers d’un post hardcore/metal alternatif, autant de groupes qui jouaient sur les contrastes entre les guitares plombées et un chant plus mélodique et émotionnel. 

 

Le pire, c'est qu'il y a de bons, de très bons moments. On tutoie carrément l'excellence sur quelques titres tels que "Get the guns", "Push" ou "Boys and girls" qui conjuguent le tranchant et l'efficacité des riffs de guitare et quelques atmosphères lourdes au chant toujours aussi juste et touchant de Jonah Matranga. Un album composé uniquement de chansons de ce calibre gratterait une note proche de la maximale. 

 

Et puis, pour tout gâcher, il y a des titres tout simplement pénibles comme "The enemy" et son refrain atroce qui ne verse plus dans l'hommage mais plutôt dans le pillage de la période Adrenaline / Around the fur de Deftones. Il y a aussi ces chansons aussi ternes qu'un repas en famille un dimanche soir au Buffalo Grill de Clermont-Ferrand, le mollasson "Buried Under" et son chant indolent ou le geignard "Own" qui me procure le même plaisir que la descente d'un double smecta tiède.Trop de passages moyens, trop faciles, voire un peu gênants viennent gâcher l’écoute de Push et donnent envie de sauter des titres entiers.

 

J’aurais souhaité adorer cet album qui sait taper en plein dans le mille par son énergie et sa sincérité quand il est inspiré mais se prend les pieds dans le tapis bien trop souvent pour ne récolter que le qualificatif de “sympa”, pour ne pas dire qu’il est surtout  un peu moyen.

photo de Marc
le 20/09/2021

8 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 20/09/2021 à 09:42:38

Quelle déception !
Fan de Matranga des premières heures, je trouve qu'il est devenu l'ombre de lui-même...

Marc

Marc le 20/09/2021 à 16:45:15

Grosse déception aussi, il y a des passages tellement lourds dans cet album que ça occulte le reste... dommage. Je retourne écouter Far.

Martial

Martial le 20/09/2021 à 19:00:06

Excellent de bout en bout cet album sorti de nulle part, grosse surprise. Je ne pensais jamais retrouver Matranga à un tel niveau. J’espère qu'ils collaboreront de nouveau.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 21/09/2021 à 08:56:42

On me suggère sur la gauche un album de HOF... Y'aurait-il une bouille dans le motage ?

Marc

Marc le 21/09/2021 à 08:59:05

Ah oui je te confirme, rien à voir avec High On Fire...
Chef démission !!!

pidji

pidji le 21/09/2021 à 09:46:46

Hahaha, comment ça l'IA que j'ai développée est étrange ? 😂

Tookie

Tookie le 21/09/2021 à 10:57:12

Ben je ne l'ai pas trouvé si décevant que ça. Je suis parfaitement d'accord pour dire qu'il y a des moments vraiment plombants...
Mais t'as de tout sur cet album. Des titres excellents, d'autres "sympas" et d'autres chiants. Entre les excellents et sympas, ben ça te fait plus de 75% qui penchent dans la balance du côté positif.
Alors peut-être que :
-Matranga manque peut-être d'originalité, qu'il reprend ses mimiques mais, déjà, c'est ce que j'en attends et en plus il le fait très bien.
-le son aurait mérité d'avoir un tonalité plus "moderne". Je le trouve très marqué 90's (et j'adore ça mais ça aurait été bien d'actualiser peut-etre le truc) et certes il y a en effet un pillage sur The enemy  (ou même "Own") qui pue(nt) le Deftones...mais dans le fond, ça ne m'a pas..."brouillé l'écoute".
Non globalement, j'ai bien aimé cet album.

pidji

pidji le 21/09/2021 à 12:28:43

Je trouve quand même que Matranga est loin de son niveau de "water & solutions", ou de ses OnelineDrawing... C'est bien dommage 😕
Du coup je m'attarde plus sur la voix que sur les compos, je pense que c'est ça qui me bloque.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021
  • Seisach Metal Night 2