Sons of frida - Tortuga

Chronique Vinyle 12" (29:27)

chronique Sons of frida - Tortuga

Sons of Frida semblent avoir trouvés leur rythme de croisière et ils reviennent sur le devant de la scène avec leur troisième album, quelques mois après un partage assez fameux avec Rome Buyce Night pour Orchestra. Le genre d'album assez définitif tant il n'y manquait rien et que quelques pointes de sublime s'étaient érigées durablement.

 

Après une première écoute, il en ressort que le groupe a véritablement évolué dans sa maîtrise du son, de leur son. Un enregistrement qui claque bien, confié à Julien du groupe Unison (Electro aussi dark que rétro). Pour les oreilles, une belle démonstration de lâcher-prise, est-ce que les compositions sont à la hauteur ? Quoiqu'il en soit, les auditeurs de la première heure qui les avaient étiquetés post-rock ont en pour leur frais.

Une seconde écoute appuie davantage la rugosité présent sur l'ensemble des morceaux, des aspérités saines dans du solide. SoF ne choisit pas forcément le plus beau costume pour entrer dans le bal des sorties tous azimuts. Leur attitude Branleurs-en-Converse se retrouve dans le choix des titres des morceaux et dans l'artwork qui n'a rien à voir avec le contenu, aussi typique, ancré, que redoutable d'efficacité à plus d'un égard. Visez moi ce contenu !

 

« Clavicule » en droite ligne de ce qui pouvait se trouver dans le catalogue de Touch and Go. Vous savez le genre de morceau que Girls against Boys hissait à la quatrième place sur un album juste avant leur single tueur...

 

« Agathe » totalement décomplexée, et riche de textures, le titre où Billy martyrise ses fûts avec un plaisir non dissimulée.

 

« Mirinda » T'en voulais un des Singles, en vlà ! Avec la trompette dedans (toujours avec cette parcimonie, cette retenue). Imparable.

« Cactus » rien à voir avec les Pixies, mais avec du Pere Ubu dedans. Un cran en deçà de la triplette juste énoncée.

 

« Tibia » Le cousin éloigné de « Quiche » présent sur l'album précédent.

 

« Teeenage Mutant Crocodile Turtle » -quand je vous disais que c'étaient des comiques-. Un titre en deux temps, l'un consacré au noise le plus rock'n'rollesque, l'autre à leur amour du post-rock. Leur titre-Hommage à Sonic Youth, aussi long que tripant.

 

Tortuga surprend par sa complexité, une vraie audace pour un disque qui a de la personnalité. La production de Julien Camarena se marie, sans ambages, à la rigueur des compositions. Sons of Frida présentent un visage nouveau, frais. Un vrai contre-pied à leurs influences bien digérées. Ils ont trouvés la formule qui leur convient le mieux avec une rythmique omniprésente, une approche de la guitare radicale et une orientation pop plus affirmée. Un album qui donne envie entre la joie et la hargne.

 

photo de Eric D-Toorop
le 14/05/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Coal Chamber - Dark Days
Wolfbrigade - Allday hell