Stereozor - All In

Chronique Vinyle 12" (25:05)

chronique Stereozor - All In

Mine de rien le Post-Punk, et tout ce que l'on met dedans, continue à une être source d'inspiration sûre pour un bon paquet de groupes qui publient des disques en ce début de décennie. L'inspiration anglaise (britannique, ne soyons pas chiches) a ceci de pertinent qu'elle a permis aux musiciens en herbe de croiser, sans honte, des mélodies pop à des riffs ciselés et vifs et des lignes de basse parfois dansantes. Est-ce que ce genre ne serait-il pas le compromis idéal pour toute musique actuelle digne d'intérêt? La première écoute de ce All In - qui porte bien son nom – apporte des éléments psychédéliques et noise rock du meilleur effet, en sus.

 

Les limougeauds proposent une relecture des années 80. Ah oui, c'est tendance...oula, c'en est même... but wait a minute. D'abord, il y a ce soin apporté aux compositions. On dépasse de loin l'empilage de riffs, on peut même parler de morceaux-à tiroirs... bon nous ne sommes pas chez Tool non plus, mais à mesure des écoutes, on découvre de ces petites choses qui embellissent l'ambiance, qui rendent leur poperie plus invasive. Ce n'est jamais lassant. Comme quoi, il ne suffit pas d'une pochette new-wave et d'un nom clin de groupe clin d'oeil/cliché pour marquer les esprits. Non non, tout ceci est très sérieux, travaillé, pensé, discuté. En plus pour les puristes, les distorsions apportées sur les parties guitares sonnent, parfois, aussi 90's. Y'en a pour tout le monde, je vous le mets quand même !

 

On retrouve un Bushmen dans Stereozor, pour vous dire qu'en matière d'efficacité, nous sommes entre connaisseurs. Les limousins ont entrepris de mener leur berline à un rythme de sénateur pour découvrir les grands espaces, parfois oubliés, de la rock music de ces trente dernières années. De Gang of Four à Guided by Voices, la visite est loin d'être rébarbative.

 

All In ou comment mêler gouaille frenchie, riffs à la Simple Minds, psychédélisme soft (machine) et attaque punkoïde. On ressent le plaisir dans chaque morceau, pour une efficacité sans prise de tête. Le format idéal, moins d'une demi heure, permet le contact facile.

photo de Eric D-Toorop
le 10/01/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements