Superbutt - Music for animals

Superbutt - "Music for animals"
chronique Superbutt - Music for animals

Il y a chez Superbutt une capacité à produire des albums réussis à intervalle régulier, sans jamais faire trop de vagues mais en tournant perpétuellement.

 

A peine Your and your revolution digéré, que les hongrois s'attelaient à Music for animals. Et comme d'habitude on finit l'album avec le même constat : 

-ça casse pas toujours des briques techniquement mais c'est carré et complet.

-les chansons sont plutôt égales entre elles, rien ne se démarque particulièrement mais aucun titre n'est loupé.

-on ne voit pas les 41 minutes de l'album défiler...

 

C'est là tout le talent de Superbutt, mais que l'on ne s'y trompe pas : derrière une apparente simplicité se cache un travail sur le contenu et l'enchaînement des morceaux assez remarquable.

Un travail de précision qui ne saute pas aux oreilles, puisque notre attention se porte avant tout sur l'énorme débauche d'énergie lâchée derrière les micros.

Voros Andras, le chanteur, est toujours aussi impressionnant : à la fois lourd, vivant, et parfois même mélodique, il ne brille pas par son originalité mais par cette virilité naturelle.

Puis, on ne peut pas dire : le boulot est fait sans baisse de régime de titre en titre et même d'album en album...

 

Jamais Superbutt n'a été aussi lourd (peut-être même aussi énervé) avec cette production plutôt chaude, propre, marquée par de gros riffs et pas mal de soli fichtrement bien executés. 

Des morceaux comme "Natasha" sont la démonstration qu'on peut aussi faire de bonnes compos blindées en vitamine C tout en tentant de bosser la mélodie.

Puis il y a "Evil Blues" qui titillerait bien les thrasheux dans son intro, avant de s'oser à un rock-métal plus mélodique.

Un brin d'audace sans s'emmêler les cordes (de guitares ou vocales) histoire de garder les auditeurs les plus exigeants (ou tatillons) éveillés de bout en bout.

 

La grosse artillerie est déployée pour cet album aussi bien dans le fond que dans la forme. Superbutt n'est pas le groupe du siècle mais brille par sa constance et une légère ascendance qualitative.

Du plaisir garanti.

photo de Tookie
le 04/01/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements