Swamp Gas - Operation Frantic

Swamp Gas - "Operation Frantic"
chronique Swamp Gas - Operation Frantic

Swamp Gas... le gaz des marais? Ca doit être du Sludge qui sent la sueur et le hakik... Perdu patate crue: c'est du Grind Core tendu comme la peau des fesses de Cher après son 47° lifting! Strictement rien de neuf à se carrer entre les oreilles, juste une bonne et belle giclée de Grind Core du terroir, classique jusqu'au trognon mais ultra efficace!

 

Pas la peine de se faire des scoubidous avec les neurones pour comprendre que Swamp Gas ne révolutionnera jamais le genre dans lequel il officie. Sa musique n'apporte rien, rien à part une pierre à l'édifice du Grind Core sévèrement burné. Mais plutôt que de causer maçonnerie, Swamp Gas porte sa grosse pierre et nous la balance en pleine poire pour bien faire comprendre que les compromis, il se torche avec. Zéro fanfreluche, zéro zigouigoui moelleux: l'album commence à fond les ballons et l'averse de tartes dans la gueule commence à sec sans chemise, sans pantalon.

 

Swamp Gas connaît toutes les grosses ficelles du Grind Core sur le bout des doigts et il en profite pour nous saucissonner les feuilles avec une tambouille ultra compacte qui vogue entre Phobia, Brob, Blockheads, Agathocles, Sanity's Dawn, Magrudergrind, Fernand, Francis et Sébastien et puis Paulette! Vous avez tout pigé, il flotte sur Operation Frantic l'haleine (Francis Lalanne... non? tant pis...) âcre du Old School vicelard et teigneux qui uni dans sont lit les cheveux blancs, les cheveux gris. Du blast hystérique qui jaillit de partout, des vociférations hallucinées des grunts cochonou et surtout un groove et une sauvagerie ambiante absolument exquis! 

Du triple épaisseur. Double combo dans ta face, flawless victory, fatality, rentre chez toi changer de froc.

 

Swamp Gas envoie la purée encore plus loin et généreusement que Peter North, bestial, primaire, séminal, viscéral. Ce p'tit groupe US est possédé par la même flamme que Pretty Little Flower ou Insect Warfare... D'ailleurs on retrouve chez ces trois groupes les mêmes penchants Death Metal affleurer ici et là. Pour être précis, c'est juste là:
->LÀ<-

 

C'est au ras des chrysanthèmes mais c'est diablement jouissif! L'impact de la tartine est d'autant plus massif que la production est tout bonnement titanesque, rares sont les albums de Grind Core à bénéficier d'un son aussi épais. Boulversifiant.

 

Les pisse-vinaigres et les enculeurs de mouches se plaindront du manque absolu d'imagination du groupe... tant pis pour eux... qu'ils aillent à la poursuite de leur bonheur avec les mouches et qu'ils nous laissent profiter jusqu'à plus-soif de cet album purement fabuleux!

 

Grind 'til Death!

photo de Cobra Commander
le 11/10/2013

7 COMMENTAIRES

Cobra Commander

Cobra Commander le 11/10/2013 à 09:30:38

Sauras-tu retrouver les références pourries cachées dans la chronique?

cglaume

cglaume le 11/10/2013 à 10:42:59

"Perdu patate crue"... le SAV des émissions ?

cglaume

cglaume le 11/10/2013 à 10:48:31

"Fernand, Francis et Sébastien et puis Paulette", Montand

cglaume

cglaume le 11/10/2013 à 10:49:24

Et non, je ne citerai ni Zaraï, ni Sardou

cglaume

cglaume le 11/10/2013 à 10:49:53

Tiens, Mortal Kombat

Cobra Commander

Cobra Commander le 11/10/2013 à 11:09:40

Bravo! Tu as une culture beauf bien dodue!
Mais pour le SAV: je regarde pas, donc... :)

sepulturastaman

sepulturastaman le 11/10/2013 à 14:34:25

le hakik : Coluche
Les enculeurs de mouche : on a eu le même prof de meca ???

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019