The Eyes Of A Traitor - A Clear Perception

Chronique CD album (40 minutes)

chronique The Eyes Of A Traitor - A Clear Perception
Angleterre, patrie du renouveau du Deathcore ? Telle est la question que l'on peut se poser à la vue des dernières sorties venues de cette île en très peu de temps. Il y'a quelques mois de cela c'était Bring Me The Horizon et son deathcore bien frais qui débarquait, et maintenant c'est au tour de The Eye Of A Traitor (TEOAT pour les intimes) de sortir son premier album "A Clear Perception". Derrière ce nom se cache cinq jeunes, qui malgré leurs boutons d'acné, ont réussi à faire plier Listenable Records en un an avec un Maxi 5 Titres…

Mais qu'a donc ce nouveau dans sa manche pour autant plaire ? A vrai dire, comme pour Bring Me The Horizon j'ai été relativement surpris. Derrière les faces boutonneuses et les allures de gravures de modes que se donnent les membres du groupe, ce dernier réussit à balancer un deathcore hybride, libéré de toutes barrières et qui vous pète à la gueule du début à la fin. La brutalité du deathcore côtoie ici la puissance d'un metalcore qui croise le fer de temps à autres avec le heavy (au niveau des soli surtout), le tout baignant dans une production très chaude, pleine d'ambiances, et jamais trop propre.
Les compositions évitent également le classique, et les mosh n'innondent pas l'espace sonore comme le voudrait la pure tradition deathcore. Ici, les morceaux ont plus tendance à prendre des virages alambiqués et complexes, misant plus sur des mélodies instrumentales couplées à un chant hurlé. Les exemples seraient difficiles à trouver tant chaque morceau explore de façon plus ou moins différente cet aspect. "Decorus" par exemple envoie des riffs saccadés et bien secs sur un fond au piano tandis que le chanteur hurle sans arrêt, "With Different Eyes" est une déferlante de violence se clôturant progressivement sur un piano légèrement désaccordé, alors que "Escape These Walls" combinera plutôt la brutalité des mosh-parts à des échos aériens de larsen de guitares. En gros, chaque chanson a sa spécificité et se différencie aisément des autres, ce qui prouve un travail de compositions importants et assez impressionnant vu l'âge des musiciens, d'autant plus que le nombre de bons titres n'est pas négligeable (écoutez "Echoes" pour voir !).

Côté points noirs on regrettera que les parties en chant clair soient si pompeuses et relativement maladroites (surtout sur "Under Siege"). On pourra également un peu critiquer le fait que le groupe ait tendance à en faire de trop par moment. Les compositions sont certes très bien travaillées, mais juste un ou deux morceaux plus simples et brutaux auraient été sympas, car à la fin du compte on se retrouve avec un album très dense et un brin difficile à digérer.

Bonne grosse surprise que ce premier album de The Eye Of Traitor qui réussit en un album à dépoussiérer un genre rapidement devenu barbant. Même si honnêtement, au bout du compte, nous ne sommes plus vraiment dans du pur deathcore…mais l'évolution est peut être là. Quoi qu'il en soit, cet album devrait ravir pas mal d'amateurs et se pose à mon avis, comme l'un des hits du genre pour cette nouvelle année.
photo de DreamBrother
le 20/02/2009

2 COMMENTAIRES

Rage

Rage le 24/01/2011 à 13:01:21

Dès la première chanson, j'ai accroché !

La révélation non pas de l'année pour moi, mais de la décennie !!!

Je proclame haut et fort que TEOAT est, de loin, mon groupe préféré !!!!!

Merci à eux pour cette excellent musique, et bravo pour le travail sans relâche qu'ils ont effectué pour nous concocter cette ratatouille de créativité !!!!!!!

Rage

Rage le 24/01/2011 à 13:02:42

Dès la première chanson, j'ai accroché !

La révélation non pas de l'année pour moi, mais de la décennie !!!

Je proclame haut et fort que TEOAT est, de loin, mon groupe préféré !!!!!

Merci à eux pour cette excellent musique, et bravo pour le travail sans relâche qu'ils ont effectué pour nous concocter cette ratatouille de créativité !!!!!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

GTI - Utopia City
Equus - Eutheria
Chronique

Equus - Eutheria

Le 15/10/2008