Nekromantheon - Visions of Trismegistos

Chronique CD album (32:44)

chronique Nekromantheon - Visions of Trismegistos

Nekromantheon reste et restera pour moi associé à une date – le 20 avril 2019 –, à un lieu – le Kniven – et à un moment – l’Inferno Metal Festival – : c’est alors que j’ai assisté avec une petite cinquantaine de coantireligionnaires metalheads dans la cave cracra de ce bar mythique d’Oslo au set destructeur de ces Norvégiens, tout droit extraits de la ville de Kolbotn, patrie d’Aura Noir et de Darkthrone. Quel plaisir non dissimulé éprouvé durant cette grosse demi-heure ambiancée par un Thrash guerrier, rugueux, parfaitement raccord avec l'endroit et qui balance à tous crins ! Et pour cause :  les cheveux des musicos venaient souvent à coller au plafond ! La preuve en image ici même

 

Le set débuté par le "Gringo Death" de l’album de 2010 (Divinity of Death) s’était achevé par le morceau éponyme "Rise Vulcan Spectre" de la dernière offrande alors en date, en 2012. Nekromantheon ne semble donc pas trop s’être bougé le derche pour bosser sur de nouvelles compos, comme si Sindre Solem, le golgothe bassiste et chanteur, et le guitariste Arild Myrne Torp s’étaient surtout concentrés sur leur autre groupe, Obliteration. Il faut dire que le Cenotaph Obscure de 2018 leur avait permis de remporter l’année suivante le prix Spellemann, sorte de Grammy norvégien du meilleur album de Metal ! Le trio – il faut rajouter Christian Holm à la batterie – est par ailleurs actif dans une bardée d’autres formations (Black Viper, Flight, Deathhammer, Audiopain).

 

En fait – et je ne m’en suis rendu compte qu’au moment de la rédaction de cette chro – le live performé à l’Inferno comportait déjà avec "Scorched Death" et "The Visions of Trismegistos" deux titres de l’album qui ne sortira au final que deux ans plus tard (quasiment jour pour jour) sous le giron du fameux label Indie Recordings (et de Hells Headbangers pour les États-Unis). Ces neuf ans d’attente auront donc été nécessaires pour accoucher, dans la douleur semble-t-il, de huit pièces pesant un total de 32 minutes. Ce Visions of Trismegistos est certes aussi Death que le dernier Obliteration, mais il s’avère sans surprise bien plus Thrash et bien moins Black. Ce Metal extrême old school lorgne peut-être moins du côté d’Aura Noir que de celui de Slayer, Dark Angel, Kreator, voire du Sepultura primitif. Pour reprendre le titre du split défendu en 2013 avec Deathhammer, Töxik Death et Carniwhöre, on a droit ici à un bon vieux « Nekrothrash », à savoir ce Thrash noir, poisseux, massif, sans concession qui tamponne, qui burine, qui tache, qui percute, qui colle, qui… rassure et éreinte à la fois (ce "Dead Temples" mamma mia…). Certes sont à souligner quelques subtilités, quelques variations (étonnants les samples sur "Neptune Descent" et plus encore sur "Scorched Death"), mais, mises à part ces menues novations, attendez-vous à rien d’autre qu’à une musique férocement outillée, sauvagement implacable ("Seven Rulers of Fate"), armée de solos tapageurs (comme sur le titre éponyme, sur "Faustian Rites" ou sur "Thanatos").

 

« No Break, No Mercy » !? Plus qu'un simple résumé, une maxime suprême !!!

 

Kolbotn (rajoutons Condor, Gouge, Incinerator, ...) est certes concurrencée aujourd’hui par Oslo (Execration, Vorbid) et par Fusa (Inculter, Reptilian, Sepulcher), mais il s’agit toujours d’une place forte et sûre, surtout depuis le retour de tonton Nekromantheon, suffisamment percutant pour maintenir tout de go son rang parmi les fleurons de l’underground norvégien, suffisamment qualitatif pour se faire à nouveau labelliser « United Thrash/Death/Black Colors of Norway » !

 

photo de Seisachtheion
le 30/04/2021

2 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/04/2021 à 11:01:43

Ta kro donne envie là !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/04/2021 à 12:35:24

Ah ouais, c'est la grosse bagarre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021