The Phantom Carriage - New thing

chronique The Phantom Carriage - New thing

Une fois n’est pas coutume, une sortie Throatruiner Records qui s’accompagne de superlatifs tous aussi pompeux les uns que les autres, et de hype à la pelle, sauf que voilà, la qualité est souvent bien présente musicalement. Les poitevins de The Phantom Carriage tombent bien dans le panier du jeune label français qui a le don pour mettre la main sur des futures grosses tueries.

 

Je dis "futures" car pour l’instant le groupe reste bien comme il faut dans le carcan « hardcore chaotique » avec sa dose de clichés et de « j’ai bouffé tout ce qui est à la mode et j’écoute du black metal maintenant que c’est tendance dans le milieu hardcore», l’ensemble n’étant pas forcément mal gaulé d’ailleurs car ces mecs là ont du niveau, mais il manque encore quelque chose dans leur tambouille. En fait, avec un peu plus de maturité et de personnalité, le nouveau poulain de l’écurie Throat« deathwish »ruiner deviendra, comme les Birds In Row et consorts, un bon gros groupe qui envoie du bois. Si une vraie patte à la Comity ne ressort pas encore dans la musique du combo, son influence s’en ressent fortement (à la limite du plagiat sur « Black Rain Falls In Drop »). Cependant ce que j’apprécie dans ce New Thing, ce sont les incursions screamo qui pointent à travers certaines mélodies pas dégueu du tout (« The Wreck Of My Mental Ship ») et un chant plus écorché et punkish qui fait ressortir à mon sens plus de dynamisme au travers des compos que le traditionnel grugru sur fond de quintes diminuées. Là où la personnalité du groupe ne perce pas encore à jour c’est dans leur son : une prod tout à fait standard sans réelle couleur, bien qu’un peu sombre et une batterie un peu légère. Un petit effort sur l’accent, et on jette son « petit Calculating Infinity pour les nuls » (« Black Rain Falls In Drop » ) et on obtiendrait déjà un album un peu plus actuel. En fait, mon souci non pas avec ce groupe en particulier, mais avec tout le hardcore chaotique sortit depuis 3/4 ans, c’est son manque de personnalité et de « Black Sheep Wall c’est la vie  blablablaba» ce mouvement d’auto-repompe à tout va qui ne propose aucun renouvellement et qui rend les albums totalement oubliables et jetables. Je ne vais pas faire ici de coup de gueule ou de pamphlet sur la scène actuelle mais j’espère que tout cela va passer, et que les sorties des bons petits labels indé arriveront à produire des réelles nouveautés avec des groupes qui suivent !

 

Ce que j’aime chez The Phantom Carriage, c’est quand justement ils s’oublient un peu, et qu’ils ne font plus ce hardcore chaotique qui leur est cher, quand ils laissent une autre dynamique percer dans leur musique. Là ils peuvent vraiment en tirer du très bon, et vu leur niveau technique, c’est totalement dans leurs cordes que de nous proposer une musique riche et plus personnelle, en dehors de cette nouvelle scène qui s’auto-suce. Encore 2/3 ans et un album ou deux et ce groupe, comme pas mal chez Throatruiner, deviendra un incontournable ave une réelle touche et du rondin à revendre, mais d’ici là j’aurai sûrement oublié cet album comme tous les Bone dance, Deafheaven, Kerouac et compagnie.

photo de Viking Jazz
le 12/01/2012

2 COMMENTAIRES

frolll

frolll le 15/01/2012 à 12:01:47

Eh, y'a une clarinette ! ;)

Toub

Toub le 18/01/2012 à 17:54:21

Merci pour ta chronique Viking Jazz. On enregistre un nouvel album cet été ! Espérons que tu aies vu juste haha !


Antoine the phantom carriage

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019