Trash Talk - 119

Trash Talk - "119"
chronique Trash Talk - 119

Vous vous souvenez la première fois que vous avez fait du skate ? En short et en van's les cheveux aux vents dans les 80's, le grip de la planche qui gratte votre semelle, le son des roulements à bille et de la gomme sur le bitume fumant. Et vous vous souvenez sans doute tout autant de votre première taule, les graviers dans les plaies des genoux, le tee-shirt déchiré et les coudes meurtris. Sans parler des petits vieux qui ne veulent pas que vous vous serviez de leur place de parking pour vous entrainer en flat ou même des flics qui raboulent pour vous virer de la salle des fêtes avec son gap de trois marches. Trash Talk c'est un peu tout ça à la fois, une innocence d'ado, la rudesse d'une chute sur une rambarde et l'adrénaline du conflit avec les forces de l'ordre à grand coups de trucks dans le képi.

Si Eyes and Nines nous avait laissé une impression incroyable de maturité musicale pour un groupe qui d'ordinaire se contente de tout rider à 1000 à l'heure avec du Black Flag ou du Minor Threat dans les oreilles, ce 119 revient bêtement aux sources. Fini les ralentissements quasi "deathwishiens" ici on se concentre sur l'essentiel avec une prod plus brute et des compos faisant passer Jamie Thomas pour un gentil garçon. On est vraiment dans un esprit à l'ancienne, c'est Chad Muska qui serait content avec "Blossom & Burn" qui invite le non moins bad boy Tyler, The Creator ou "Reasons" qui n'a pas à pâlir aux côtés de Ceremony et de son Rohnert Park.

La Californie, le punk et le monde du skate sont vraiment indissociables ce n'est pas Chino Moreno ou Mike Muir qui vous diront le contraire et on retrouve avec plaisir cette ambiance dans chaque disque de Trash Talk. Même si on était en droit d'attendre un disque ultra aboutit allant au delà de Eyes and Nines on ne peut pas en vouloir au combo de Sacramento de revenir à l'essentiel malgré le manque de prise de risque. Mais d'un autre côté ce style old school est un spot sur lequel on peut rider jusqu’à ce que fracture s'en suive, et il ne manquerait qu'un tout petit peu de crossover dedans pour que la session 119 soit parfaite. Allez je remonte mes chaussettes bien haut et je ressers mon bandana. Possessed to skate !

photo de Viking Jazz
le 19/11/2012

2 COMMENTAIRES

Kurton

Kurton le 19/11/2012 à 15:28:55

C'est plutot casquette.
Et bordel en live que c'est bon!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 19/11/2012 à 18:08:29

vite écouté, vite oublié... dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements