Valuatir - Exobnos

Valuatir - "Exobnos"
chronique Valuatir - Exobnos

Les Pictons (les Rusés) aussi nommé Pictaves ou parfois Pictes (à ne pas confondre avec les anciens Écossais) formaient un peuple gaulois, localisé au sud de l'embouchure de la Loire, qui aida Jules César a envahir la Gaule, notamment en lui prêtant une flotte de navires. Cependant suite à l'appel de Vercingétorix, cette tribu envoya plus de 8000 guerriers pour rejoindre la révolte. Comme quoi il n'y avait pas que des collabos dans leurs rangs.

Exobnos est une inscription figurant sur une monnaie de bronze des Turons du Maine-et-Loire et d'Indre-et-loire. Ce nom gaulois signifie le « sans-peur ». Moi j'aime bien les parenthèses histo. Ça détend, ça met dans l'ambiance. Ça élève le niveau culturel pour participer à des jeux TV. Et c'est surtout indispensable pour parler de pagan qui revendique souvent dans sa musique, un héritage culturel, risible ou digne de respect selon votre degré d’alcool dans le sang. Le mien étant, dans tout contexte, stationnaire.

 

Valuatir ne fait donc pas exception à la règle. Ici, c'est surtout la chabrette, une cornemuse du Limousin qui impose son côté folk aux morceaux. Ainsi, l’instrument est présent dès l'intro de l'album avec un reprise d'une danse trad de l'île de Noirmoutier et composée au XVI ème siècle. Valuatir tape donc plus, sur la forme, dans le trad. moyenâgeux que dans le celtique malgré toutes les petites explications de texte en anglais présentes dans le riche livret accompagnant la galette.

 

Bon, pour le folk, c'est okay. Avec, en plus, moult utilisations d'autres instruments comme la kaba gaida hongroise et même le morin khuur mongole sur le morceau "Adatai". Pour plus de détails sur cet instrument se rapporter à ma chro de Tenger Cavalry. En guest, on compte aussi un bozouki grec, un wankara andin et une nyckelharpa suédoise (impressionnante à voir en vrai). Une gamme étendue et très respectable.

 

Mais pour le côté Metal, on en est où là ? Nous avons à faire à un Black costaud chanté en français aux belles envolées mélodique, solos heavy à l'appui, mais n'oubliant jamais de se faire guerrier, inquiétant ou empreint de froidure. Si les vocaux sont parfaitement maîtrisés, ou pourrait tout de même leur reprocher une certaine linéarité, peu dommageable au final. Car les textes, par contre , sont riches, parfois poétiques et toujours loin de la facilité.

Exobnos compte de franches réussites comme le violent "Les Bannis", le très dynamique "Cités Mortes", "Brandes de Glace" à la fin presque mélancolique et le morceau trad "Neuville". L'ensemble de l'album possède ainsi une cohérence sans faille et un bel équilibre.

 

Que fournir de plus à odir aux truandailles et aux basses extraces, alors ? Des coureuses de remparts et de la hale à gargoter, je sais.

photo de Crom-Cruach
le 28/03/2016

1 COMMENTAIRE

Xuaterc

Xuaterc le 28/03/2016 à 17:49:25

J'aime le pagan, savez-vous comment? Quand il est bien fait avec du black dedans...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Napalm Death - Utilitarian
Milkilo - Atlas
Chronique

Milkilo - Atlas

Le 14/11/2018