Voight Kampff - More Human Than Human

Voight Kampff - "More Human Than Human"
chronique Voight Kampff - More Human Than Human

'Y a pas à dire, ça fait plaisir… Entre le succès remporté respectivement par Mekong Delta (un peu quand même) et Coroner (surtout) lors de leur prestation au Hellfest 2011, le vif intérêt provoqué par les 2 derniers albums des américains de Vektor et l’arrivée de prometteurs petits nouveaux comme Voight Kampff, tout espoir n’est pas perdu de voir enfin se raviver le feu sacré du techno-thrash. C’est vrai ça: pourquoi il n’y en aurait que pour le prog et le death (…et le porno!) quand il s’agit de montrer qu’on sait faire des merveilles avec son instrument, hein?!

 

Voight Kampff donc. Ces bretons se sont mis en tête d’utiliser le pinceau et la palette du Coroner période Punishment for Decadence pour nous peindre les paysages urbains post-apocalyptiques chers à Ridley Scott et P.K. Dick… Bref, bienvenu à Brest Runner! Armés entre autre de 5 interludes faisant la part belle à des extraits du film ainsi qu'à des nappes de synthé de l’espace, le groupe réussit à ancrer fortement son mélange de thrash technique – donc –, de riffs rappelant Death – aussi – et de thrash typiquement US – beaucoup – dans l’univers futuristico-pessimiste où Harrison Ford traquait les androïdes rebelles. Les morceaux sont relativement longs, la complicité des deux guitares est totale, les leads et soli éblouissants pleuvent en continu: un vrai bonheur pour les fans d’escrime guitaristique de très haut niveau!

 

Quelques points – sans doute imputables à la jeunesse du groupe – viennent cependant gâcher un peu cette aventure SF thrash mouvementée. Ce qui fâche tout d’abord, c'est ce son étouffé, voire brouillon, et – c’est ballot quand même – ce mix qui relègue parfois la lead au 2nd plan (comme à 3:34 sur « Cityscape Horizon, quand la rythmique lui passe carrément devant…). OK, ça contribue sans doute à recréer le parfum old school des débuts de la bande à Tommy Vetterli, mais on est en 2013 quand même, crénom! Le deuxième truc qui pèche se situe du côté du chant, celui-ci s’avèrant parfois un peu revêche – ce qui s’inscrit parfaitement  dans la tradition du genre, certes, m'enfin bon… Par ailleurs, si l'utilisation fréquente de backing vocals façon « Les petits thrasheurs à la croix d'aboie » nous fait efficacement pousser des patches dans le dos, cela tranche quand même un peu avec la sophistication des parties de guitare. Et au final, c'est marrant (allez, sautons du coq à l'âne): au vu de ces nombreux points communs – nationalité, genre pratiqué, thématique SF, mais aussi son pas tip-top – on est assez tenté de comparer le groupe à ses compatriotes de ChryseisBien que, soyons honnêtes, on ait au final une nette préférence pour les petits bretons.

 

Alors certes, More Human Than Human ne nous est pas servi dans un écrin sonore de cristal et de satin. Mais l’œuvre se suffit à elle-même pour briller de mille feux. Tiens, prenez « Dangerous Days »: après un début qui évoque un Death rêveur, on se laisse emporter lors d’un superbe décollage guitaristique, pour finalement atterrir sur une trame thrash aussi fonceuse que mélodique. Puis, peu après la barre des 2 minutes, c’est à un véritable festival de soli que nous convie Voight Kampff, lors duquel « rythmique » et lead nous apportent ce que le genre a de meilleur à proposer. Même chose avec « Tannhauser Gate » qui, pour tromper l’ennemi, commence sur un bœutage à l’américaine, avant de très vite nous proposer une magistrale leçon d’osmose mélodico-technico-grosses-paire-de-couillique. Mais le meilleur de l’album se trouve encore sur le très complet « World War Terminus »: entre un démarrage à basse généreuse, une approche plus épique que la moyenne, des références très Schuldineriennes et une lame de fond qui détruit tout à 2:32, notre pauvre petit système nerveux en prend plein la poire. Rhââ Lovely!

 

Ok, ok: avant de faire la nique à Vektor sur son propre terrain, le techno-thrash des frenchies va devoir faire mûrir son enrobage sonore dans des studios ayant une hygiène moins douteuse (j’écris ça sans savoir qui est responsable du packaging sonore hein...). Mais bordel, que de promesses sur ce 1er album! Après une écoute attentive, on n’a qu’une envie: se ressortir le DVD de Blade Runner, ainsi que l’ensemble des CDs de Death et Coroner, pour s’en faire une grosse orgie – en laissant bien évidemment un peu de place à ce joli bébé breton avantageusement joufflu. Bref, voilà un bien beau faire-part de naissance amis réplicants: félicitations aux parents!

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courteMore Human Than Human est un superbe manifeste de techno-thrash qui nous ramène à la grande époque du Punishment for Decadence de Coroner, ainsi qu’en plein cœur du film Blade Runner. Ceux qui peuvent passer outre une prod’ et un mix pas nickel chrome vont se régaler!

photo de Cglaume
le 22/07/2013

4 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 22/07/2013 à 23:58:34

Je présume que le titre de l'album est une dédicace à White Zombie...

cglaume

cglaume le 23/07/2013 à 02:57:42

Je dirais plutot que tout ce petit monde, R.Z. compris, se toouche sur Blade Runner

pidji

pidji le 23/07/2013 à 08:32:13

J'ai aussi pensé à WHITE ZOMBIE en voyant ce titre ! Un clip qui passait dans Best of Trash à l'époque haha.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/07/2013 à 11:18:07

Exactement papy !!... Clip facilement trouvable sur le net ainsi que l'intégralité des clips du Zombie.
Et je me touche également sur Blade Runner mais de façon plus discrète depuis que je suis en couple.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Hod - Serpent
Chronique

Hod - Serpent

Le 31/01/2012

Cancer Bats - Birthing the Giant