Wake - Devouring Ruin

Chronique CD album (45:50)

chronique Wake - Devouring Ruin

Vous connaissez Wake ? Si oui, vous pouvez directement vous rendre au dernier paragraphe. Si non, continuez votre lecture, vous ne pouvez pas passer à côté. C’est à dire que le combo canadien tape dans le dur. Dans le très dur. Et tape très fort. Débutant à l’aube des années 2010 dans un grindcore crusty, les cinq de Calgary prennent désormais leur aisance dans un black/death à la puissance sans faille et à la qualité indéniable. Sorti en mars 2020, Devouring Ruin, leur cinquième opus se doit de figurer dans votre vinylothèque.

Analyse.

 

La première minute de « Dissolve and Release » est un parfait aperçu de ce qui nous attends durant les trois quart d’heure à suivre. La courte piste faisant office d’intro nous immisce tout en douceur à l’aide d’arpèges aérés qui fleurent bon le sapin canadien enseveli sous une neige de décembre ; mais aussi tout en rigueur par une rythmique sèche et directe. La symbiose est agréable. Mais c’est sans compter la grosse poutre que l’on se prend en pleine face quand Kyle Ball se lance à corps (et coeur) perdu sur le mic. A se demander s’il n’a pas quelques ours perdus dans dans son arbre généalogique. C’est puissant. Rageux. Profond. Mais surtout constant. Ecoutez donc « Kana Tevoro (Kania ! Kania! )». Joshua Bueckert derrière ses fûts typés death n’est pas en reste et nous régale de descentes et de blast rembourrés à la double pédale. On a ici une réelle démonstration de force sans qu’aucune piste ne se dégage pour illustrer à elle seule cette idée. A croire que la constance est une marque de fabrique chez eux.

On trouvera au cours de cette petite heure quelques solos éparses (« Mouth of Abolition » ou « The Abyssal Plain ») qui permettent de respirer entre ces riffs psychédéliques et obscurs, de sortir du bouillon de rage et par la même occasion de soutenir le camarade batteur dans ses origines stylistiques. Outre ces petites jouissances et démonstrations de doigtés, le jeu de question/réponse entre Arjun Gil et Rob Lachance (les deux gratteux vous l’aurez compris) est parfaitement orchestré, subtilement dosé et parcimonieusement agencé. Le son qu’ils nous envoient dans les dents gagne en ampleur notamment en ayant mis l’accent sur les mediums. Le spectre se retrouve ici élargi, pour une meilleure pénétration frontale dans tes gencives. De la grosse tartinade donc, mais aux fines herbes.

 

Que faudrait-il jeter dans cet album ? Je me pose encore la question. Je vais finir par arrêter de me la poser pour me rendre à l’évidence : Peu de chose. Allez, simplement histoire de faire une critique, on dira que l’artwork n’est pas le meilleurs qu’ils aient pu nous proposer. Jetez donc un coups d’oeil a Sowing the Seeds of a Worthless Tomorrow.

 

Bravo ! Vous pouvez donc désormais vous la péter en société. Vous connaissez Wake.

Vous êtes un réel connaisseur, à l’oreille finement éduquée et aux goûts indéniablement irréprochables.

photo de Vincent Bouvier
le 19/01/2021

9 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 19/01/2021 à 08:55:00

J'ai adoré cet album. Dans le TOP2020 sans surprise. Le morceau "Torchbearer", quelle claque !
Et leur nouvel EP a l'air bien bon aussi, pas eu le temps de bien l'écouter.

Seisachtheion

Seisachtheion le 19/01/2021 à 10:32:12

Grosse impression également de mon côté (ces Canadiens m'ont rappelé les 'ricains de Hath). 
Dommage que cette chro ne soit publiée que maintenant : elle m'aurait sans doute incité à intégrer cet album dans mon Top ^^ !
L'EP - autre sortie de 2020 - est moins brutal, mais tout aussi qualitatif.

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 19/01/2021 à 11:14:21

@Seisach': Je sais bien. Elle s'est faite attendre. J'ai eu une fin d'année bien trop chargée. 😔

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 19/01/2021 à 17:17:01

J'ai pas entendu de crust dedans mais c'est sympatosh.

pidji

pidji le 19/01/2021 à 19:01:16

Mes culpa c'est moi qui ai rajouté crust mais sur cette sortie il n'y en a pas vraiment

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 19/01/2021 à 19:16:10

Qui est pour mettre le chef au bûcher? ☝️

Freaks

Freaks le 19/01/2021 à 21:38:57

Tous les chefs finiront aux buchers de toute façon, après j'veux juste pas avoir à tenir la torche :p 
Sinon effectivement c'est cool ce truc crypto-Crust Aha ;)

TheDiggingSquid

TheDiggingSquid le 20/01/2021 à 08:33:09

Merci pour la découverte !
Ça me fait penser au premier album de The Amenta

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 20/01/2021 à 11:09:35

Au bûchééééééééééééééé !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021