The Wounded Kings - Interview du 05/10/2012

The Wounded Kings (interview)
 

Hey Steeve, comment vas-tu ? Tu reviens juste d'un festival en Suède n'est-ce pas ? Comment c'était ?

 

Eh oui camarade, nous sommes de retour du Muskelrock, un spectacle surréaliste, qui a été introduit par un puissant cracheur de feu, rien que ça ! Puis ensuite les débuts des balances derrière des rideaux fermés, ce qui était vraiment sympa, car il n'y a rien de pire que 500 paires d'yeux qui te fixent alors quand tu essayes de te rappeler dans quel ordre tu dois brancher tes pédales!

 

 

The Wounded Kings a joué au Roadburn en 2010, et est revenu en 2012, plus fort que jamais. Quels sont maintenant vos projets d'avenir ?

 

Ah mec, si tu savais tout ce qui s'est passé entre ces deux concerts... On a dû annuler notre tournée européenne, on s'est brisé des os, les poumons... S'enchaîne avec ça la désintégration totale du groupe, suivie d'une reconstruction en repartant à zéro... Tout était nouveau, tout le temps, en plus on devait écrire un nouvel album. Ca a été un baptême du feu pour les nouveaux arrivants dans le groupe, nous avons dû nous habituer les uns aux autres sur le tas, autant en enregistrement qu'en concert, tout ça se passait sous les feux de la rampe alors que la plupart des nouveaux groupes se mettent au point à leurs débuts, et dans une relative discrétion. Mais surtout ne te méprenends pas, je me plains pas, ces événements ont fait que nous avons focalisés nos efforts et travaillé encore plus dur pour vraiment devenir ce que nous sommes aujourd'hui ! En ce qui concerne les projets d'avenir, nous avons juste commencé à démarrer le processus d'écriture pour le 4e album, nous n'en sommes qu'aux premiers jours. Je sais que chaque groupe dit cela à chaque fois, mais je te jures que c'est la musique la plus heavy que nous avons jamais fait jusqu'à présent et il y a même là dedans une ambiance cinématographique de type western spaghetti !

 

 

 

 

 

 

Peux-tu décrire le nouveau line up, la manière dont tu les a rencontré, comment se sont déroulés les premiers tests...

 

Tout d'abord il y a notre batteur Myke Heath, que je connais depuis des années, c'est le meilleur ami de Nick, notre batteur précédent, ils ont géré un magasin de batterie ensemble et tous deux ont cette même lourde frappe, je n'avait pas besoin d'auditionner Myke puisque nous avions déjà jammé ensemble dans le passé et je savais qu'il avait la carrure nécessaire pour ce poste !

Ensuite il y a Jim Willumsen, la première fois qu'il est arrivé sur scène avec les Wounded kings c'était sur un concert à Paris, parce que notre bassiste original n'avait pas pu faire le show, il a donc appris le jeu en une semaine – rien que ça !

Puis nous avons Alex Kearney, il a répondu à une annonce que j'avais diffusé pour chercher un second guitariste. Il joue actuellement dans un groupe local de Doom. Alex s'est montré apte immédiatement car j'aime son jeu, sans relâche, lourd et sur le temps à chaque fois, rien ne l'énèrve jamais, bref c'est exactement le type de gars que vous voulez avoir en tournée avec vous !

Et enfin, Sharie Neyland, qui est une amie de ma femme et qui vient d'un milieu Folk, ce qui est complètement nouveau dans le Doom; elle exigeait de se faire entendre après une soirée, pas loin de ma maison, ivre, et je ne pouvais pas l'en empêcher, alors je l'ai fait chanter sur quelques démos des "Chapel sessions". Je ne cherchais pas particulièrement une voix féminine, mais la sienne était exactement ce que je recherchais, j'en était totalement enchanté ! Aussi, le côté pratique c'est qu'elle vit à deux pas de chez moi, dans la même rue, ce qui aide beaucoup pour se réunir et discuter des nouvelles idées de compositions, pour les étoffer, etc.

 

 

La voix de Sharie Neyland est vraiment très proche de celle que George avait, à ceci près qu'il y a une différence de sexe, qu'en penses tu ?

 

Je peux comprendre que des personnes pensent qu'il ont tous les deux certains similitudes. Aucun des deux n'arrivent à faire une voix aigue, ils chantent confortablement en B et ont un côté très Folk; et comme c'est sur ces mélodies vocales et ces structures que j'ai composé, il y aura toujours ce genre de familiarité, forcément ! Je suppose qu'il y a une autre raison valable, c'est que lorsque j'ai commencé le groupe j'avais alors le chant qu'il fallait dans ma tête, mais que ma propre voix était incapable de restituer, et finalement je l'ai trouvé dans la voix de George : c'était la voix parfaite que je recherchais, exactement ce qu'il fallait pour ma musique, et quand il a quitté le groupe je me lamentais de ne plus jamais retrouver cette qualité de voix qui m'obsédait. Puis Sharie est venue, et elle avait exactement le même timbre, avec en plus un ton evil, menaçant. Lorsque j'ai entendu cela, j'ai directement accroché.

 

 

 

Tu disposes d'un studio "maison" chez toi il me semble, dans lequel tu as enregistré le premier album pendant 10 ans... Est-ce là que se passent vos répétitions ? Comment se déroulent-elles ?

 

Ronan, ça sonne mieux que jamais mon pote, en fait, j'ai un sous-sol assez grand pour y installer un kit de batterie, quelques amplis et une table de mixage etc... La puissance des têtes d'amplis te détruirais le crâne en moins de deux ! Et ça sonne très feutré en général ! J'ai pu me payer le luxe d'enregistrer Embrace the narrow house et Shadow over Atlantis ainsi, et surtout en prenant mon temps, c'était quand je voulais, et si je voulais ! Étant donné que nous avons désormais opté pour un studio approprié et que nous répétons maintenant comme un véritable groupe complet, on peut dire que nous avons évolué d'un niveau. Et depuis que nous avons évolué vers un véritable studio pour enregistrer In the Chapel of the Black Hand et qu'on y répète comme un véritable groupe, le studio est devenu une salle de jeu pour mon fils, un lieu de stockage d'instrument et une librairie !

 

 

Tu disposes à présent d'une expérience de studio concrète, penses-tu que le studio te permet d'aller plus au bout de ce que tu essayes de créer dans TWK ?

 

J'adore vraiment ce putain de studio d'enregistrement ! Ca nous permet d'enregistrer à la fois comme un groupe complet, un luxe que je n'ai jamais eu avec les 2 premiers albums ! De plus, nous avons désormais la possibilité d'avoir une qualité sonore fantastique dans un environnement contrôlé, et tous les instruments sont à ma disposition, sans que j'aie à passer par le logiciel Reason, et surtout on bosse avec un ingénieur qui est au top, j'ai nommé Chris Fielding ! Tout cela nous permet de rapidement enregistrer les bases, pour nous laisser ensuite le temps d'expérimenter, d'aller d'idées en idées toujours plus grandioses... Nous utiliserons tout ce que le studio peut nous offrir pour que ce soit du meilleur effet possible pour notre prochain album ! Mais préparez vous bien car le studio va nous transformer, entre ce que nous étions avant et ce que nous allons devenir ! Une expérience totalement différente qu'avec Embrace the narrow house et Shadow over Atlantis. J'ai eu quelques vieilles idées que je potassais depuis des éons, mais pour le reste j'ai juste créé en allant, sans aucune pression, et je pourrais y mettre des années dans mon propre studio, si seulement le temps n'était pas de l'argent ! En fait il m'est difficile d'écouter les 2 premiers albums: les bonnes idées y sont, mais elles ne sont pas bien exécutées dans la musicalité, ou alors elles ne sont pas enregistrées professionnellement, contrairement à notre dernier effort ! J'ai réalisé que les avantages d'un studio pro avec un ingénieur strict l'emporte sur la pression des contraintes de temps !

 

N'y aura t-il jamais d'orgue sur scène ? Vraiment jamais ? Cela crée pourtant une différence entre le disque qu'on entend, et vous en live...

 

C'est difficile, j'aurais bien aimé, mais nous sommes déjà cinq dans le groupe et il n'y a tout simplement pas assez de place ni d'argent pour accueillir un membre supplémentaire. Mais qui sait ce que le futur nous réserve ?

 

 

niveau matériel, j'ai constaté que tu utilisais une Fender Telecaster, alors que le second guitariste avait plutôt l'air d'avoir une Gibson... C'est voulu, non ?

 

J'ai cette Telecaster depuis environ 15 ans, c'est une guitare noble, elle a le ton droit et juste que je cherchais à l'époque et une bobine unique grâce à un ampli hi-gain pris au max sans aucune pédales d'effets, ce qui lui donne un timbre typiquement anglais monstrueusement saturé, j'obriens ainsi une ambiance de doom de batârd bien garage. Elle travaillait vraiment bien en tandem avec la Telecaster de Georges. Pas aussi bien avec d'autres guitares, comme celle d'Alex, donc j'ai effectivement changé pour une édition limitée de SG. Ainsi on a le meilleur dans les deux mondes, car elle a ce manche gras d'érable auquel je suis habitué pour ma Telecaster (contrairement aux habituels manches minces d'acajou ou d'ébène SG, Je ne pourrais jamais rien obtenir avec ça !), et qui a un sustain incroyable dû en partie à ce manche, qui est muni de certains pick ups ridiculement chauds (éventuellement un peu trop chaud en fait!). Alex joue maintenant sur une Edwards Les Paul, c'est la réponse des japonais aux LP custom et les deux guitares fonctionnent vraiment bien ensemble. Mais tu sais, lorsqu'il s'agit de son et de matériel, je ne suis pas pointilleux au point de me bloquer sur la même mise en place pour toujours et à jamais, parce qu'après tout si un groupe évolue, alors qui peut dire que ce qui a fonctionné une fois pourra fonctionner encore ? Il faut être prêt à expérimenter, après tout le son d'un groupe, c'est essentiel !

 

Que retires-tu de ton expérience de scène ? Faut-il donner le meilleur de soi-même à chaque fois, où bien le fait de se contenir prévaut-il ?

 

Mon expérience me dit de donner à chaque spectacle le meilleur de soi-même. Il ne faut pas y aller royalement bourré comme si on n'en avait rien à foutre, les fans ont versé de l'argent et souvent ont voyagé de très loin pour venir voir votre groupe en espérant un bon spectacle, et non pas un tas de crétins ivres malhabiles se battre sur scène ! Nous ne faisons pas de rappels, non pas parce que nous sommes des trous de balles, mais parce que notre set débute à un endroit et finit à un autre ! Et aussi, nous ne voulons pas non plus faire des rappels comme ces connards de rock stars ! Nous essayons toujours de faire face au son merdique sur scène, ce qui arrive très souvent, même si parfois nous sommes surpris par un ingénieur du son qui se préoccupe réellement de son travail et veut rendre l'expérience du groupe aussi agréable que possible pour le public. Et imagines que juste après ça on est complètement dégoûtés en voyant que les groupes de première partie s'étaient bourré la gueule et avaient mangé tout notre cattering hahaha !

 

Au vu du passé de Wounded kings, des changements de Line up, de son évolution générale, y a t-il des choses que tu ai pu dire auparavant dans des interviews qu'aujourd'hui tu contredirais ?

 

Il est difficile de se souvenir de ce que j'ai dit dans le passé Ronan. Je prends chaque entrevue comme elles viennent, et la vie du groupe, les épreuves et les tribulations font partie de son évolution naturelle. Donc, ce que j'essaie de dire c'est que entre tout ce que j'ai dit dans des interviews précédentes et ce que je dis maintenant, il y a eu de la progression, et oui c'est probablement truffé de contradictions haha !

 

 

Peux-tu nous parler de la scène dite "Doom" Anglaise ? Votre groupe a peut-être des accointances avec d'autres scènes ? N'avez vous jamais eu l'occasion de jouer avec des groupes de styles complètement différent ? Je pense au reggae, au thrash metal, au punk...

 

Pour être honnête, que je ne peux pas vraiment te dire grand chose sur la scène anglaise... Nous avons joué avec quelques groupes de Doom uk bien cools comme Serpent's Venom, Witchsorrow, Grimpen Mire, Black Magician, etc... Ils nous ont appuyé sur quelques shows au Royaume uni. Puis nous avons aussi joué en première partie de Dartmoor avant de disparaitre une fois de plus dans les Landes brumeuses ! Là où nous vivons, nous sommes vraiment en dehors des sentiers battus, pour ainsi dire! Du coup, géographiquement parlant nous sommes très éloignés de la « scène ». Quant à jouer avec des groupes de styles différents, nous avons joué au Royaume-Uni avec nos amis de Grave Miasma, du death metal old school qui déchire, et ça s'est super bien passé !

 

J'ai vu que tu étais pratiquant du tarot. Quelle est ta vision du destin, et comment expliques tu que le tarot puisse t'en donner une ?

 

Eh bien je ne suis pas sûr que le Tarot peut donner un destin à ce titre, en fait nous avons toujours notre libre arbitre qui est impliqué, donc je pense que nous avons tous un chemin fait pour chacun de nous, et si nous sommes fidèles à nous-mêmes alors nous devrions être capables de le suivre. Me concernant, quand j'en appelle au Tarot, c'est parce que je l'utilise pour me réaligner avec mon destin.

 

 

Si shadows over Atlantis est un album-concept, qu'en est-il d'In the chapel of the black hand ? Et à quoi ce titre fait-il référence ? Je vois que les lyrics parlent d'une lune noire (écclipse donc ?), de Dyonisos, des neufs cercles de l'enfer, de sacrifice... Est-ce là aussi une référence au tarot ?

 

Concernant ce que tu as lu, cela se réfère à un endroit en particulier, une chapelle citée dans la quête du Graal (cf Les contes Arthuriens) où peuvent se reposer les chevaliers de la quête, fatigués par leurs égarements et leurs voyages interminables. Mais au beau milieu de la nuit, une main noire mystérieuse se matérialise et étouffe les chandelles sur l'autel, et ils doivent affronter et battre cette main désincarnée, la main de satan, en faisant face à leurs propres peurs ! In the Chapel of the Black hand n'est pas un album-concept en tant que tel, et n'est pas lié au Tarot de quelque manière que ce soit. C'est en réalité une collection de thèmes qui se rapportent à nos propres luttes internes avec la mortalité, l'abandon spirituel, l'avidité, et notre désir de voir d'autres mondes à travers d'autres yeux qui l'ont déjà vu !

 

 

J'ai vu dans une de tes interview qu'en composant The shadow over Atlantis, tu faisais le lien entre le thème de l'Atlantide et le fait que nous étions décadents et foutus d'avance dans le monde d'aujourd'hui... Aujourd'hui, tu as un enfant, est-ce que cela a peut-être fait quelque différence dans cette pensée ?

 

Mettre au monde Kaius m'a donné de l'espoir. Peut-être que cette nouvelle génération peut changer les choses ? J'aime à le penser mais seul l'avenir nous le dira. Etant donné qu'actuellement je constate que nous n'apprenons TOUJOURS pas de nos erreurs, le voile de la peur nous enferme en chacun de nous un peu plus chaque jour, et la cupidité des gens continuent toujours de grandir, alors je te le dis : nous sommes toujours foutus ! Tant que nous ne pouvons commencer à vivre sans crainte et en ayant confiance en nous-mêmes et en notre univers, alors je pense que nous pourrions simplement rejoindre nos frères et soeurs Atlantes ! Et qui sait, nous aussi, nous serons probablement connus dans des milliers d'années comme la race humaine qui aurait pu si bien vivre mais qui finalement se sera détruite d'elle même...

 

Eh oui c'est bien ce qui nous attends j'en suis marri... Un dernier mot ?

 

Merci pour l'entretien mon ami ! Cheers Ronan !

 

photo de Carcinos
le 11/10/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021