The Wounded Kings - In the chapel of Black hands

The Wounded Kings - "In the chapel of Black hands"
chronique The Wounded Kings - In the chapel of Black hands

Après un excellent split sorti avec Cough, nos maîtres dans l'art poussiéreux du Doom à tendance rituelle reviennent avec un opus complet confirmant l'orientation de l'initiation to the black arts. Et s'il est une chose remarquable dans ce groupe, c'est que leur identité, ou plutôt la volonté qu'ils ont eu à mettre en place cette identité n'a jamais été ébranlée : il manquait seulement les moyens, les musiciens ou encore quelques bons riffs, mais l'essentiel était bel et bien là, et je suis bien forcé de le reconnaître, moi qui suis incapable d'écouter en entier leur deux premiers albums.

 

Là le changement concerne les vocalises : l'intégration de Sharie Neyland dans le groupe est un atout majeur. En effet, on retrouve là exactement la même voix que l'ancien chanteur, ce même timbre nasillard, la seule différence va pour la féminité de cette voix. Une voix originale qui plus est, prenant racine non pas dans le heavy metal, mais bien plus dans les chansons traditionnelles du pays, soit la musique celtique, le folk anglais (Steeleye span, Fairport convention, désolé je ne connais que ça, même si c'est depuis ma tendre enfance). Donc, si ce timbre de voix original recherchée dès les débuts du groupe avait déjà des accointances avec ce milieu, cette fois on en a bien la preuve. Une voix forte, claire, Alto – Mezzo soprano, vibrante, qui se marie plus que jamais avec le Doom poussiéreux des Wounded Kings pour incarner une image païenne et puissante à travers le culte lunaire, les rituels de jadis.

 

Le son est monumental, couplé d'un duo plutôt Gibson face à une Fender au son plus clair, proposant ainsi une dynamique rythmique et mélodique faisant tout l'intérêt du groupe. La batterie roule comme un tonnerre... Bref, le Doom.

 

Les aspects négatifs seraient les quelques longueurs, un orgue que j'aurais souhaité plus présent dans la globalité de l'album, peut être quelques variations sur leur thème, pourquoi pas aller vers un peu de Folk justement ? Cet album restera tout de même un pillier du Doom représentatif de tout ce que le dorset et ses anciens membres ont apporté à ce style (de Lords of putrefaction à eux en passant par Thy grief eternal, Electric Wizard ou Ramesses), conseillé aux dévots du genre.

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 09/05/2012

9 COMMENTAIRES

vkng jzz

vkng jzz le 09/05/2012 à 11:11:12

un peu plan plan sur la longueur, heureusement qu'il y a l'orgue pour raviver l'ensemble et lui donner un super caractère !

génial

génial le 11/05/2012 à 12:42:22

"de Lords of putrefaction à eux en passant par Thy grief eternal, Electric Wizard ou Ramesses"... t as pas l impression de nommer quasiment 4 fois le meme groupe là ?

cglaume

cglaume le 11/05/2012 à 13:32:39

Tiens Pidji, notre ami "génial" nous aide involontairement à débuguer la V4 ! Va falloir gérer mieux que ça les caractères accentués dans les pseudos ;)

gaynial

gaynial le 11/05/2012 à 13:43:26

à votre service !

Carcinos

Carcinos le 11/05/2012 à 14:06:22

Pour info, Steve Mills était justement dans Lords of Putrefaction. Eh oui, c'est comme partout, les scènes locales sont incestueuses.

Autre info : pour ceux qui désirent acheter le split de Cough/Wounded Kings, c'est le moment ou plus jamais, ils en ont repêché une petite vingtaine.

Jenny Ale

Jenny Ale le 11/05/2012 à 15:35:45

De memoire, il a juste fait un passage dans LoP (Metal archives ne le mentionne meme pas)... Concernant le Dorset, ca serait un peu comme dire que Ataraxie + Funeralium (bon ok il y en qqs autres maintenant) ca fait une scene à Rouen...

Carcinos

Carcinos le 11/05/2012 à 15:56:24

Chère Jenny Ale, Tu oublies alors Mhonos, Yuck, Fatum Elysum, et encore hier j'ai entendu un nouveau projet de Doom de la part de ces mêmes lurons. Donc oui c'est exactement la même comparaison qu'avec Rouen.

De plus, si metal archives n'en parle pas, c'est le gars Steve qui m'en a parlé de vive voix, je vais pas non plus en faire un dessin.

Carcinos

Carcinos le 11/05/2012 à 15:57:59

Je rajouterais aussi Devil's bride qui n'existe plus cependant, de Rouen. Et je précise que tous ces groupes comportent des membres qui se mélangent dans les autres groupes, on a bien affaire à une scène consanguine.

Carcinos

Carcinos le 19/09/2012 à 22:14:39

Je confirme, j'ai vu Adam de Ramesses, je sais même plus comment on en est venu à parler de ça, mais Steve Mills était bien dans Lords of Putrefaction. Le truc, c'est que ce n'est pas lui qui avait enregistré leur démo, ce qui explique sa non-mention sur les archives.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements