W.i.l.d. (ex-wild Karnivor) + Deadblast + Stronghold le 18/11/2017, Portobello, CAEN (14)

W.i.l.d. (ex-wild Karnivor) + Deadblast + Stronghold (report)

En ce 18 novembre, petit concert à domicile sur Caen dans une petites salles/clubs les plus récentes, à savoir le Portobello Rock Club. Un lieu plutôt bien branlé, ressemblant beaucoup à une sorte de mini-Ferrailleur (de Nantes) en version un chouïa plus cosy. C'est d'ailleurs peut-être cette recherche de cosy qui fait que c'est dommageable dans le sens où il s'agit d'un endroit n'accueillant finalement que bien trop peu d'affiche purement metallique, encore moins dans ses courants les plus extrêmes. Peut-être une volonté de la part des responsables du lieu voulant rester attachés en grande majorité dans du « politiquement correct ». C'est que le metal, ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus branchouille, on en conviendra... En tout cas, lorsqu'il y en a, il faut savoir en profiter, d'autant plus lorsque l'affiche s'articule autour du death/thrash.

 

Malheureusement, c'est un Portobello dont les portes sont encore closes qui m'accueille alors que je suis pourtant arrivée après l'heure convenue d'ouverture sur l'affiche. Petit couac organisationnel vite oublié, étant donné que je tombe nez à nez et avec grand étonnement sur les mecs de Distillery. Et pour cause, Stronghold qui ouvre la soirée est en fait composé des mêmes membres, le changement de patronyme se justifiant sur le registre musical interprété, autrement plus extrême. Le temps de chaleureux remerciements liés au fait que j'ai parlé d'eux dans ces colonnes et une petite visite des loges afin de se tailler une petite bavette et se rafraîchir la gorge avec quelques godets, me voici enfin à aller sur le lieu réel des hostilités par la porte des artistes en leur compagnie. C'est qu'il ne manquait que le tapis rouge et le côté VIP aurait été total !

 

Trêve d'excès de « je-me-la-pète » – à défaut de pouvoir se payer une île déserte avec nos activités de pseudo-journaleux de l'extrême, on a bien le droit à quelques privilèges de temps en temps – Stronghold ouvre le bal, très heureux de ce statut d'ouverture afin de pouvoir tranquillement profiter du reste de leur soirée de façon la plus festive possible. Et surtout, heureux d'être là et d'en découdre tout court d'ailleurs. C'est que les Havrais ont beau avoir créé le projet il y a 18 ans, ils gardent ce même plaisir juvénile et ne sont pas avares en communication, donnant à ce début de soirée un côté très « fiesta entre potes ». Et ce, même si la plupart des gens présents ne connaissent pas du tout leur répertoire. Il faut dire que les Havrais sont restés dans la confidentialité la plus totale (vie extérieure ? Manque d'opportunités ?). Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont des débutants pour autant car les mecs savent envoyer leur sauce de manière carrée tout en conservant une bonne dose de simplicité chaleureuse. Du bon death/thrash empruntant parfois l'urgence du punk, ça ne réinvente pas la poudre mais ça tabasse. D'autant plus que c'est bien joué et mis en valeur avec un bon son. La fosse apprécie et se prête au jeu, d'autant plus qu'elle a répondu présente ce soir et se trouve ainsi bien garnie.

 

Les locaux de Deadblast prennent la suite. Dans de bien meilleures condition d'accueil cette fois par rapport au Conquérant Metal Fest et l'on en sent tout de suite la différence. Le set n'est pas foncièrement différent au niveau des titres, un peu rallongé toutefois, mais l'ambiance s'avère bien plus moite qu'en rase cambrousse. Et vu que le son est encore une fois optimal, c'est donc avec un groupe qui se lâche davantage que l'on se retrouve. Cela ne change rien au fait que leur death mélodique manque encore un peu de personnalité pour être pleinement convaincant sur l'exercice de la galette, il n'empêche que la pilule passe fort bien sur les planches. Et ce, même s'ils ont fait appel à un batteur intérimaire de dépannage qui se débrouille fort bien malgré les difficultés d'un tel rôle. Le combo est toujours à la recherche de son frappeur de fûts permanent d'ailleurs, au cas où l'aventure vous tenterait... Le public se montre encore une fois au taquet et se resserre afin de mieux remuer de la tête en communion dans une bonne ambiance.

 

On termine avec les nordistes de W.I.L.D. (ex-Wild Karnivor), remonté à bloc et plein de bonne volonté. Malheureusement, le début de set s'avère poussif à cause d'un son qui ne suit pas. Etant donné que c'était eux qui s'occupaient de la console pour les deux autres groupes, le fait qu'ils doivent maintenant la quitter par la force des choses jouent pleinement à leur défaveur. Le volume est trop fort et les médiums, trop mises en avant, agressent davantage les oreilles que ne les flattent. Difficile de juger de quoique ce soit sur ce début de set fort désagréable pour les tympans. Heureusement, à force de s'activer derrière la console, les choses finissent par s'arranger et même si le son ne sera pas aussi optimal que pour ses deux prédécesseurs, W.I.L.D. pourra profiter d'un son décemment correct. Contrairement à notre ch'ti en chef, ce nom ne me parle absolument pas malgré que le groupe semble avoir de la bouteille et trois albums long format dans le pack. Avec également plusieurs périodes qui se ressentent grandement : certains titres jouent sur du death thrash/hyper groovy et efficaces alors que d'autres jouent moins sur cet aspect groovy afin d'appuyer une thématique plus mélancolique subtilement perceptible. Ces derniers étant apparemment tirés de leur dernier album en date, Purgatorius, où W.I.L.D. souhaitait partir vers d'autres directions et ainsi varier son identité. Quelle que soit la tendance choisie, il faut admettre que ça tabasse plutôt bien et de manière très carrée, les mecs savent tenir leur scène et leur public. Et une fois le son devenu moins agressif, le public adhère et se laisse prendre au jeu sans se faire prier. Permettant ainsi que cette petite soirée, pas forcément inoubliable mais sympathique, chaleureuse et bon enfant, se termine aussi bien qu'elle avait commencé.

photo de Margoth
le 29/12/2017

2 COMMENTAIRES

Freaks

Freaks le 30/12/2017 à 00:17:11

T"as essayé les soirées Portobellove du politiquement correct?? Ahah j'vais pas tirer sur l'ambulance je trouve les gérants plutôt sympas et organisent de bonnes soirées Rock Metal Punk... qu'il n'y avait pas auparavant en ville, du moins pas avec la même qualité de sonorisation..

Margoth

Margoth le 30/12/2017 à 00:52:52

Ah mais je ne dis rien, le peu de concerts que j'ai fait là-bas, on a toujours été bien reçu et servi et je dois admettre qu'il s'agit certainement la salle que je préfère sur Caen : taille humaine, confortable, avec un vrai plateau et une bonne sono et acoustique de salle... Mais pas assez de soirées en raccord avec mes goûts (et pas toujours très bien relayées non plus d'ailleurs) malheureusement... En revanche, je te laisse les soirées Portobellove, je suis une trop piètre danseuse pour ces conneries ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...