Animal Alpha - Pheromones

Chronique CD album

chronique Animal Alpha - Pheromones

Lors de mon second séjour en Norvège, j'ai beaucoup regardé l'émission musicale matinale de l'une des chaînes nationales. Parmi les starlettes R'n'B locales, le dernier titre d'Eminem, trois clips ont retenu mon attention :

 

C'est ce dernier groupe qui va vous intéresser aujourd'hui. Son existence court de 2002 à 2009, deux albums et un EP sont à porter à son actif. Au moment de la sortie de Pheromones en 2005, hormis Christer André Cederberg‎ (ex-In The Woods...) à la guitare et au chant, les autres musiciens ont une carrière plutôt discrète. C'est l'occasion pour moi de découvrir la chanteuse du groupe, Agnete Kjølsrud, avant qu'elle ne vienne pousser la chansonnette chez Solefald, et surtout (niveau exposition) chez Dimmu Borgir. Le groupe splitte peu de temps après la sortie de son second album, You Pay For The Whole Seat, But You'll Only Need The Edge.

 

Oublié le Metal atmosphérique et avant-gardiste d'ITW, Animal Alpha propose plutôt un Hard Rock alternatif et déjanté. La première chose qui saute aux oreilles lors des premières écoutes de ce premier album, c'est la prestation de la chanteuse, décalée mais toujours juste. Elle a parfois de quoi rebuter certains mais sa créativité est indéniable. Son timbre à la fois enfantin et halluciné fait merveille dans ce contexte, balançant constamment entre conformiste et anti-conformisme : « My Droogie » ou encvore « Catch Me » sont de parfaits exemples de cet équilibre précaire. L'intro de « Remember The Day » évoque immanquablement une berceuse chantée par Björk.

 

On ne va pas se mentir, l'intérêt de Pheromones repose essentiellement sur la présence d'Agnete Kjølsrud, mais se contenter de résumer l'album à cela serait une grave erreur. Les musiciens qui l'entourent sont loin de démériter. Ces derniers délivrent un Rock énergique, nerveux, parfois lourd, mais toujours efficaces. Plusieurs titres possédaient le potentiel pour devenir les tubes (je pense au « Bundy » cité plus haut, ou « Billy Bob Jackson »), le groupe a commencé à rencontrer un succès à la fois critique et populaire : nominations pour différentes récompenses (meilleur clip, meilleur premier album), participations à de nombreux festivals internationaux, à la bande-son d'un jeu vidéo ainsi que d'u film. Malgré tout cela, cette reconnaissance précoce n'empêche pas le groupe de se séparer car les musiciens « se sont retrouvés dans une impasse créative lors de la préparation de leur troisième album ».

 

photo de Xuaterc
le 23/01/2022

4 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 23/01/2022 à 11:19:43

J'en connais un qui va être content...

cglaume

cglaume le 23/01/2022 à 11:43:27

Yes, voilà un bel ajout à notre base de données :D

A noter que la dame a monté Djerv par la suite, si je ne dis pas de bêtise, le groupe ayant foulé les planches du Hellfest il y a quelques années…

Xuaterc

Xuaterc le 23/01/2022 à 12:57:38

En effet, elle a bien monté Djerv, qui a publié un bon album. J'étais au concert du Hellfest, mais malheureusement, il a été gâché par un son merdique (pléonasme; au HF). Le groupe aviat une sacrée énergie

noideaforid

noideaforid le 28/01/2022 à 18:09:10

Tellement de tôle froissé sur Bundy!Pheromones est un des albums qui sera toujours dans ma playlist des favoris. c'est une tuerie, même 17 ans après.
Et Djerv est tout aussi bon je trouve.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements