Antigama - Stop The Chaos

Chronique Maxi-cd / EP

chronique Antigama - Stop The Chaos

J’ai toujours eu un faible pour Antigama, ce groupe de grind venu de Pologne qui distille sans vergogne depuis 2000 un savant mélange de musiques extrêmes avec une touche bien à eux. Si bien que le groupe a réussi à signer chez le géant ricain Relapse depuis l’album Resonance en 2007, suivit de Warning en 2009. Outre une tripotée de split (comme tout bon groupe de grind qui se respecte) le groupe revient cette année avec un EP d’une quinzaine de minutes histoire de ne pas perdre le fil.

 

Pour ceux qui sont familier avec la « période Relapse » du groupe, vous ne serez pas dépaysés. La force d’Antigama ce n’est pas seulement un son de mammouth (comme son copain de label Rotten Sound) mais aussi une réelle maitrise de la composition qui va au-delà du « petit Miesko illutré ». On est loin du grindcore linéaire blast-beat clé en main, et ce depuis leurs débuts. En écoutant cet EP on retrouve leur patte présente sur les deux albums susnommés qui les a confortablement installés comme un groupe extrême de qualité, mais aussi une fureur d’entant qui nous ramènera à la bonne heure de Zeroland ou de Discomfort. Une énergie débordante qui n’est pas sans rappeler un Napalm Death au plus haut de sa forme (à la fois dans le brutal et dans les parties chantées présentes sur les 3/4 derniers albums) forniquant avec un Fuck The Facts des grands jours (période Stigmata High Five) avec un préservatif de marque Kill The Client. Mais réduire Antigama à une copulation des groupes les plus virulents ou à un groupe estampillé Relapse serait réducteur car tous les efforts de compositions dont fait preuve le combo de Varsovie va réellement au-delà -à mon sens- des simples dissonances et des compos vaguement déstructurées. Ce n’est peut-être pas la sortie du groupe la plus flagrante à ce niveau là j’en conviens (ce côté Napalm bien plus présent que précédemment « E Conspectu », « Find The Fonction ») mais force est de constater qu’ils maitrisent parfaitement leur sujet, même sur un format court.

 

Cet EP ne rend donc pas véritablement hommage au talent de composition du groupe qu’on retrouve sur la totalité de leurs full-lenght, mais pour 15mn on en a quand même plein les oreilles de façon rapide et efficace. Un peu à la manière d’un Rotten Sound qui nous avait assommé avec un Consume To Contaminate incroyable, je crois qu’Antigama à voulu jouer la carte du martelage intensif sur un format différent de ce qu’il fait d’habitude et peut-être en guise de transition avant un prochain full-lenght plus conséquent. Pari moyennement réussi si on considère tout le potentiel du groupe mais efficace en tant que tel, on attend donc la suite avec impatience !

photo de Viking Jazz
le 28/09/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019