Autopsy - Ashes, Organs, Blood and Crypts

Chronique CD album (41:20)

chronique Autopsy - Ashes, Organs, Blood and Crypts

Nous pouvions être légitiment circonspects concernant la sortie du dernier Autopsy presque un an pile poil après celle du brutouillant (brutal et grouillant) Morbidity Triumphant. Ce dernier tombereau d’atrocités, bien que bourré de qualités, ne m’avait pourtant pas laissé de souvenir particulier.

Faut dire que je ne suis pas un spécialiste du combo culte avec à peine six albums dans ma Deathothèque.

 

J’ai débuté le groupe en 2011 avec le redoutable Macabre Eternal mais il semble bien que, quelque soit la remonté dans le temps que nous ferons, les Autopsy demeurent reconnaissables entre tous : des indécrottables irrécupérables.

Souvent copiés ou cités dans la scène Death, les gars d’Oakland restent en effet, en 2023, totalement uniques.

 

Alors que le dernier Cannibal Corpse distrait bien mais fatigue vite, Ashes, Organs, Blood and Crypts (au titre parfait) nous colle une banane monstrueuse sur les babines.

Ici la schlinguerie punk et la fétidité thrash habilleront le bébé purulent d’atours dégoûtants dès le morceau d’ouverture. "Rabid Funeral" poque donc la folie et la férocité made in Floride, en noyant tous les petits blaireaux actuels dans leur caca.

On constate d’entrée une basse bien présente dans le mix et particulièrement redoutable ainsi qu’une volonté toujours parfaitement affichée de créer des ambiances purement Death.

Pas du cosmique, ni du lovercraftien, mais du Death baigné  dans la tripaille et les histoires crapoteuses.

 

Niveau texte, "Bones To The Wolves" ou encore "Toxic Death Fuk" réjouissent alors par leur magnifique mauvais goût. "Throatsaw" nous met aussi dans cet état d’euphorie que seuls les amateurs déviants de Metal de la Mort sauront déguster. Tout ici est condensé pour accoucher à la scie rouillée d’un titre OSDM parfait et emblématique.

Et des fausses couches balancées dans les toilettes, l’album n’en aura pas malgré ses 41 minutes et des osselets de nouveau né.

Car quand les gars se font Don’t Worry Be Doomy à partir du quatrième titre, sur "Marrow Fiend" ou encore avec "Lobotomizing Gods", leur crédibilité ne fait qu’augmenter.

Le mid tempo de primate, les mecs le maîtrisent aussi, balayant ainsi toute la gamme de l’absolue cruauté Death Metal. D’autant que les gratteux semblent vraiment s’éclater à faire de leurs instruments respectifs un outil de narration de premier plan.

Et que dire de ce chant hurlé, bredouillé, growlant, se gargarisant ou toussotant (le génial "Toxic Death Fuk" déjà évoqué) ? Il est un moteur inaltérable carburant aux viscères et participant grandement à la dinguerie de l’ensemble.

 

Autopsy reste toujours un vieux rejeton de l’abjection musicale oldskull, sale, sauvage, impitoyable : totalement réjouissant.

photo de Crom-Cruach
le 01/02/2024

3 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 01/02/2024 à 11:05:27

Ah bah voilà, encore un peu de musique méchante ! C'était pas faute de ne pas en avoir inonder l'admin !!

Pingouins

Pingouins le 01/02/2024 à 14:31:34

Ahah ils ont pioché dans leur chapeau avec tous les mots-clés "death metal" pour choisir le titre de leur album :D

Arrache coeur

Arrache coeur le 07/02/2024 à 15:35:37

Je suis toujours impressionné par la qualité et la régularité des albums d'Autopsy. Une très chouette sortie ! 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' metal night #5 et les 20 ans de COREandCO !
  • Bongzilla + Tortuga + Godsleep à Paris, Glazart le 14 mai 2024

HASARDandCO

Kim - « Rocks »
Sinlust - Sea Black