Between the Buried and Me - Colors

Chronique CD album (64 minutes)

chronique Between the Buried and Me - Colors
C'est avec un peu de retard que je me lance dans la chronique du dernier album en date des Américains de Between the Buried and Me nommé "Colors". D'un autre côté, il en fallait du temps pour digérer ce cd tant il est énorme et touffu.
Ayant déjà fait pas mal parler de lui avec son précédent opus "Alaska" (je fais l'impasse sur leur album de reprises…), le groupe avait surpris le monde musical en présentant une musique à forte teneur en folie extrême mêlée à une technicité de malade et une originalité hors normes. De plus, ceux sont de véritables jeunots aux commandes de cet Ovni musical. Autant dire que le nouvel album était attendu au tournant. Et à l'écoute (plus que prolongée) de ce nouveau méfait, force est de constater que le combo va de nouveau marquer les esprits.

Souvent défini comme du métalcore technique, BTBAM est avant tout un grand groupe de progressif, ouvert et technique. Derrière les huit morceaux oscillant entre cinq et quatorze minutes se cachent une variété musicale hallucinante, où changement d'ambiances et de styles sont légion et le tout en tenant parfaitement la route, sans jamais choquer l'auditeur. Certains passages durent plusieurs minutes, d'autres quelque secondes le temps d'un simple clin d'œil.

On débute ainsi l'album avec un morceau au piano, très pop et…choquant. Ultra mélodique et doux, on a l'impression d'être tombé sur un cd de Coldplay. C'est sans compter sur le groupe et sa folie musicale qui enchaine avec "(B) The Decade of Statues", déferlante de musiques extrêmes allant du death au grind avec les blasts qui faut d'un côté et les riffs chaotiques de l'autre. Nos cervicales en prennent un coup. Pourtant, on est vite rattrapé par un passage façon rock progressif façon King Crimson qui s'insère par-dessus le déluge sonore. Plus tard, un break jazzy pointe le bout de son nez, pas de doute, ces gars sont des psychopathes musicaux. Le reste de l'album se veut du même genre et propose une musique fortement originale où se croisent moult influences et styles musicaux. Que ce soit des airs arabisant (l'intro de "Informal Gluttony"), la puissance du thrash, la folie du hardcore chaotique et du grind, ou bien encore les mélodies du rock progressifs des 70's façon King Crimson ou Kansas, sans oublier des breaks jazzy et même country (la fin de "Ants of the Sky"), tout y passe, sans jamais réellement choquer ou déplaire. La surprise est de taille à chaque nouveau break.
Ces différents passages sont à chaque fois l'occasion pour les musiciens de montrer leur talent, sans jamais en faire une démonstration technique pure et dure pour autant. Les vocalises de Tommy sont quant à elle très impressionnante, alternant chant deathcore bien rageur avec des passages planants et mélodiques d'une grande justesse. Il nous fait même part de moments de pure folie façon Fantomas sur "Sun of Nothing" et à la moitié de "Prequel to Sequel" (avant une envolée vocale splendide) où il ressemble à s'y méprendre à Mike Patton.

Mais s'il ne fallait retenir que deux morceaux parmi ce cd ce serait sans aucun doute "Sun of Nothing" et "Ants of the Sky". Deux titres à haute teneur addictive et qui représenteau mieux le style actuel du groupe. Comportant chacun des plans et des passages d'une grande technicité (les soli de "Ants of the Sky" sont monstrueux !) et des passages mélodiques d'une rare finesse (le break aérien de "Sun of Nothing" est à tomber par terre).

Plus complexe qu' "Alaska", encore plus déstabilisant, ce "Colors" est actuellement l'apothéose du groupe (en attendant le prochain album). Pendant plus d'une heure le combo passionne l'auditeur, le rendant totalement dépendant de cette musique. Ce dernier attend avec impatience chaque nouveau passage barré et est surpris à chaque fois. Un groupe d'une telle polyvalence technique et mélodique est forcément rare, il serait bête de passer à côté. Un coup de génie !
photo de DreamBrother
le 02/03/2008

3 COMMENTAIRES

clem

clem le 02/03/2008 à 10:36:13

si je peux me permettre les musiciens ne sont pas si jeunes que ca pour preuve le chanteur et le guitariste (waggoner) jouaient dans Prayer for Cleansing dans le passé ;) sinon bonne chronique, mais j'aurais osé mettre 10/10 a l'album (d'ailleurs j'ai mis 20/20 sur Hardcore Source ;) )

Pidji

Pidji le 02/03/2008 à 10:50:17

Tiens c'est marrant toutes ces super notes pour cet album, va falloir que j'écoute ça, surtout qu'ils passent au hellfest.

Gringo

Gringo le 17/05/2008 à 13:16:36

Cet album est une merveille mais j'aurais préféré un chant bien death. J'ai parfois du mal avec le machin-core.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021