Blind Guardian - Beyond The Red Mirror

Chronique CD album (01:10:54)

chronique Blind Guardian - Beyond The Red Mirror

Pour ceux qui, comme moi, ont un peu arrêté de suivre la carrière de Blind Guardian, qui, au fil des albums, restait un peu sur ses acquis, même si les incursions d’orchestres symphoniques pouvaient témoigner d’une volonté de faire évoluer sa musique, la sortie de Beyond the Red Mirror, en 2015, offrait l’occasion de renouer avec le combo teuton et voir si il pouvait se renouveler. Eh bien, grand bien nous en a pris, puisque cet album représente un pur joyau dans sa discographie.

 

Vous en voulez, des prises de risques, des expérimentations, des explorations de terrains jusqu’alors vierges dans sa musique ? Vous allez être servis. Si on retrouve au moins 2 titres bien speed-thrash-mélodiques, « Twilight of the gods », mais surtout « The Holy Grail » avec son (sa série de) pré-chorus d’une puissance homérique et son refrain, épique comme jamais (chef d’œuvre !), aux constructions complexes, aux soli qui relèvent du tour de force, et à la rage qui n’a d’égal que la beauté des mélodies et des arrangements (remarquez les coups de carillon sur le refrain), comme le groupe en détient le secret depuis ses tout débuts, le reste de l’album fourmille de surprises en terme d’ambiances et d’influences, dont une de taille : la trop courte ballade « The Miracle Machine », très queenesque dans l’esprit, notamment grâce aux choeurs. Entrée en matière sans intro, au piano et au chant. Hansi Kürsch fouille dans les tréfonds de son registre de voix, et livre une performance pleine de nuances et d’émotions, entre retenue, délicatesse et force de stentor qui font de lui l’un des plus grands chanteurs de la planète metal, tous styles confondus.

 

Pour le reste, on navigue de surprises en surprises. Chaque titre ouvre la porte sur un univers jusqu’alors inconnu dans la musique de Blind Guardian. Moins rapides qu’à l’accoutumée, moins nerveux, mais d’une puissance lyrique sans pareille. Et surtout, d’une richesse infinie en ce qui concerne la construction. Témoin, « Prophecies » : amusez-vous à compter le nombre de parties différentes qui composent ce titre, faisant basculer l’auditeur d’une ambiance à une autre au sein du même titre sans transition mais avec un équilibre qui relève du génie. On pourrait dérouler chaque morceau par le menu et formuler le même constat : une seule écoute ne suffit pas pour appréhender chacun d’entre-eux tant le chemin qu’ils empruntent s’avère sinueux. Je défie quiconque écoutant l’album pour la 1e fois de se souvenir comment, à sa conclusion, un morceau comme « At the Edge of Time », par exemple, a débuté. Idem pour « Sacred Mind », par exemple, dont les ruptures abruptes embarquent l’auditeur dans un tourbillon de riffs enragés et un refrain déstabilisant. « Ashes of Eternity » commence en bondissant, avec son groove insensé, pour mieux s’accorder des envolées éthérées à grands renforts de chœurs dignes des meilleures comédies musicales de Broadway. Tout en restant sur une assise bien nerveuse. Autre exemple de la richesse de cet album ? « Distant memories » : ça commence dans un relatif calme, pour mieux prendre son envol. Planant à souhait, le titre livre des mélodies élégiaques qui prennent aux tripes. Comme de déchirants adieux avant un voyage sans retour.

 

Bllind Guardian en a clairement encore sous le pied et peut encore surprendre son public, sans avoir à se renier ni opérer de virage radical. On reste en terrain connu avec cet album. On y retrouve cette faculté à servir des mélodies de toute beauté, au chant, à la guitare, mais avec un soin apporté aux arrangements, aux ponts, aux transitions, qui par leur nombre, leur variété, leur originalité, participent de la richesse de l’ensemble. Dense, aux multiples facettes, inspiré en diable, Beyond the Red Mirror réalise la prouesse de se placer parmi les meilleurs albums de sa discographie, pourtant déjà bien fournie en chefs d’œuvre.

photo de Moland Fengkov
le 21/09/2022

12 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 21/09/2022 à 10:57:21

Merde alors, moi qui fus très client, j’ai manifestement loupé le coche…

Moland

Moland le 21/09/2022 à 17:18:55

Le  coche de  cet album ? J'ai  l'impression que moult fans l'ont négligé, n'ont pas adhéré à leurs prises de risques et leurs expérimentations assez uniques sur cet album. Autant, je les ai pas suivis sur leur album totalement symphonique qui me faisait l'effet d'une BO sans saveur d'un film qu'on n'a pas vu et qu'on n'a pas envie de voir, autant j'adeure  "Beyond the red mirror" pour ses audaces sans se perdre  en chemin. Et au fond, le tout dernier album, qui revient  à leurs fondamentaux, je le trouve très bien foutu, très plaisant, mais sans surprise, alors en conclusion, je préfère revenir sur cet album de  2015 que je place parmi leurs meilleurs, ces derniers étant les 3 premiers. 

Pingouins

Pingouins le 21/09/2022 à 17:41:12

Décidément, mon imperméabilité au heavy / power et affiliés est redoutable.

Moland

Moland le 21/09/2022 à 18:33:49

@pingouins Rassure toi, cet album reste imperméable à moult fans de ce genre, je pense pas qu'il s'agisse d'une bonne porte d'entrée pour tout néophyte ou rétif. 

Xuaterc

Xuaterc le 22/09/2022 à 07:36:02

Il va falloir que je me penche dessus, on n'arrête pas de m'en dire le plus grand bien.
Eti si Moland confirme...

Moland

Moland le 22/09/2022 à 09:31:20

@Xuaterc Ah, étonnant, moi, j'en entends jamais parler en bien. J'ai l'impression d'être le seul à me montrer dithyrambique. Tu me diras dans quelle team tu te situes. 

Xuaterc

Xuaterc le 22/09/2022 à 09:55:40

Ah, je me suis trompé, je n'avais pas vu la date de sortie, je croyais qu'il s'agissait du dernier ne date. Je vais quand même l'écouter

Moland

Moland le 22/09/2022 à 10:34:10

Ah oui, le tout dernier remporte tous les suffrages. Car ils reviennent à leurs fondamentaux, de quoi contenter les fans. Mais, s'ils maîtrisent le sens du riff et de la mélodie, je ne lui trouve aucune surprise suffisante pour que j'y revienne, malgré le bon moment passé à son écoute. Contrairement à l'album chroniqué ici. 

Xuaterc

Xuaterc le 22/09/2022 à 10:47:00

"Ah oui, le tout dernier remporte tous les suffrages. Car ils reviennent à leurs fondamentaux, de quoi contenter les fans. Mais, s'ils maîtrisent le sens du riff et de la mélodie, je ne lui trouve aucune surprise suffisante pour que j'y revienne, malgré le bon moment passé à son écoute"
exactement ce que je pense du dernier Megadeth, mot poutrmot

Moland

Moland le 22/09/2022 à 10:56:08

Oui, idem, le dernier Megadeth m'a fait le même effet. 

Xuaterc

Xuaterc le 22/09/2022 à 14:09:00

Je viens d'écouter Beyond The Red Mirror, n'étant pas fan du groupe, j'ai beaucoup aimé. En terme d'épisme, ils n'ont de leçon à recevoir de personne

Moland

Moland le 23/09/2022 à 12:52:33

Tu fais plaisir :) Et en terme de prise de risques, ils n'hésitent pas à oser. Dommage que le public n'ait pas davantage suivi sur cet album. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' Metal Night #3