Cortez + Plebeian grandstand - Split Cortez + Plebeian Grandstand

Cortez + Plebeian grandstand - "Split Cortez + Plebeian Grandstand"
chronique Cortez + Plebeian grandstand - Split Cortez + Plebeian Grandstand

P*tain 7 ans !

7 ans qu'on attendait une nouvelle sortie des suisses de Cortez, qui en 2005 avait retourné pas mal de monde (dont notre rédaction) avec son Initial. Mais le temps passant, on s'était tous fait à l'idée que cet album resterait sans suite. Et puis débarque ce split, sorti chez Throatruiner records, qui annonce non seulement que le groupe est bel et bien vivant, mais également qu'un nouvel album prendra bientôt place dans les bacs (Phoebus, qui sortira fin janvier sur plusieurs labels dont toujours Throatruiner records) !

Pour faire un split, il faut être 2, et les suisses partagent donc ce beau vinyle tout blanc avec la sensation hardcore extrême française du moment, les excellents Plebeian grandstand.

 

Les 2 groupes nous proposent chacun 1 seul morceau de 12 minutes exactement, aux titres réduits en initiales. L'artwork signé Romain Barbot représente plusieurs formes associées et coupées, comme pour annoncer le chaos présent tout au long de ces 24 minutes d'écoute.

 

Je commence par le titre de Plebeian Grandstand, I.W.W.O.Y.T.W.Y.W.O.M (pour "I Know You Will Watch Over Me The Way I Watched Over You").

Ces 12 minutes permettent de noter l'évolution du groupe, qui ne se contente plus de tout exploser à 100 à l'heure, mais joue nettement plus sur les variations de tempos et proposent même des plans... à la Cortez ! Je ne sais pas si c'est voulu, mais c'est assez frappant sur certains passages. Cela ne gâche rien à la fête, au contraire ; et puis, les toulousains sont nettement plus extrêmes. Cette compo est vraiment prenante, et même si le son est un poil juste pour moi, on est dedans jusqu'au bout. Comment se défaire de ce final qui termine de perforer nos tympans, jouissif à souhait ! Et avant cela, on aura navigué entre chaos et acalmies relatives, qui m'ont d'ailleurs fait penser à du Comity aussi (le passage aux 3-4mn).

 

Changement de face, place à Cortez et son titre "A.F.D.N.T.E.D.E.V.L.S", qui prends les initiales d'une phrase présente dans les paroles du morceau.

Qu'il est bon de réentendre ce groupe, qui a la particularité si vous ne le savez pas encore d'être un trio chant / guitare / batterie, où le son de guitare ressort également sur un ampli basse pour suramplifier le tout. D'ailleurs, le son est meilleur que celui de Plebeian Grandstand ; plus massif, peut-être moins brut aussi on perd en spontanéité mais c'est beaucoup plus précis.

Au niveau des structures, le groupe démontre s'il en a encore besoin sa capacité à varier son hardcore, parfois chaotique, parfois lorgnant vers le post hardcore... D'ailleurs ce "A.F.D.N.T.E.D.E.V.L.S" aurait très bien pu être découpé en plusieurs pistes, tant certains enchainements sont différents. Ces coupures permettent un léger relâchement avant de s'en reprendre plein les esgourdes : on retrouve ces riffs bien prenants, parfois saccadés, qui nous remémorent le doux souvenir d'Initial, et une voix écorchée vive qui ne laisse aucune place aux sentiments. On se retrouve immergé dans des répétitions de rythmes et de plans qui nous scotchent sur place, et nous rappellent que Cortez n'est pas là pour rigoler. Par contre, on prends sacrément son pied.

 

Un très bon split donc, qui permet à Plebeian grandstand de confirmer sa place actuelle dans le haut du panier hardcore chaotique, et qui donne l'eau à la bouche pour le prochain album de Cortez, prévu pour dans quelques semaines.

photo de Pidji
le 07/01/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements