Cortez - Initial

Cortez - "Initial"
chronique Cortez - Initial
Le voici le voilà, enfin! Le véritable premier album des CORTEZ. Très sobrement baptisé « Initial »: comme le commencement de quelque chose, la base de ce que deviendra CORTEZ dans quelques années, la première « grosse » pierre - après une démo 4 titres et un split avec VENTURA - à l'édifice musical monumental de ce trio atypique et au combien talentueux. Le son de la démo étant un petit peu brouillon par moment, et après avoir vu une prestation impressionnante du groupe sur scène, j'attendais avec impatience d'entendre les compos des CORTEZ servies par un bon son pour mettre pleinement en valeur la qualité et la profondeur de leur musique. Et le moins qu'on puisse dire c'est que je n'ai pas attendu pour rien.

Avant de commencer, petit mot sur l'artwork qui est sacrément joli; le mélange photo/dessin de cet homme emporté par un oiseau on se sait où, sur un fond noir colle très bien avec ce qu'on peut entendre en mettant la galette dans son lecteur. Car les titres sont, en majorité, très sombres et l'ambiance globale de l'album n'est pas à la fête.
C'est 'Prompt' qui ouvre les hostilités par 17s de pure hargne, on se demande vraiment où on est tombé... Mais 'Mine de rien' nous rappelle très vite ce à quoi on a affaire: un concentré de violence, de dissonances, d'hurlements et de passages métalliques complètement syncopés et souffreteux; on sent le dernier souffle arrivé à chaque riff, une agonie programmée... Ce titre est bien révélateur de l'album dans son ensemble; car c'est bien un album dans le sens où transparait une certaine cohésion dans cet ensemble. Si on a le droit à des courtes mélodies moins sombres comme sur 'Néant' c'est pour nous laisser respirer avant un 'L'enjeu' qui explose au bout de 4 minutes pour se reposer par la suite dans une succession de riffs qui nous emmènerait (ou plutôt nous enfoncerait devrais-je dire) presque dans un sludge maladif. La force de ce combo réside bien dans cette capacité à retourner l'auditeur en passant d'un hardcore rapide aux sonorités grasses et métalliques à des cycles plus lents et répétitifs histoire de bien poser une ambiance (un peu à la manière des KNUT), ou même des instrumentaux avec quelques samples de fond ('Marasme'). Et cette voix! Jr s'explose littéralement le larynx et sur des passages plus screamo (c-a-d quand la guitare se calme et joue plus dans la mélancolie, ex: la fin de 'El Vetic') ça vous donnerait presque la chair de poule de l'entendre... A contrario, avec la même voix (ne vous attendez pas à entendre un chant clair à un moment, c'est pas le propos ici) posée sur un morceau comme 'b.m.T.V' ou 'Notice' provoque un bon vieux réflexe de headbanguing de base; mais bon ça fait du bien ces putain de passages....'Notice' qui finit d'ailleurs sur une succession d'accords dissonants pas dégueus pour ouvrir sur 'Patriarche et ses 10:47' très riches comme 'Mine de rien' d'ailleurs (la boucle serait-elle bouclée?), avec ces riffs sortis d'on ne sait où et cette batterie toujours aussi créative et groovy (c'est un plaisir d'entendre un jeu aussi riche , une des forces du combo sans conteste) et la moitié de 'Patriarche' n'est, en fait qu'une répétition des mêmes riffs et paroles, ce qui laisse le champ libre à Greg pour nous exposer sont art du jeu de cymbales et ses roulements incessants...

Pas d'avis mitigé donc pour ma part en ce qui concerne 'Initial'; bon du début à la fin, sombre comme il se doit, agressif tout en gardant des passages screamo ou simplement instrumentaux... Cet album est un florilège de tout ce dont sont capables nos 3 helvètes, ils aiment jouer avec les ambiances et nous transporter d'une frontière à l'autre, et nous aussi on aime ça. Pour finir, je dirais que la dimension scènique de leur musique est également intéressante alors vous savez ce qu'il vous reste à faire s'ils passent à côté de chez vous...
photo de Mat(taw)
le 18/10/2005

4 COMMENTAIRES

(The) Aurelio

(The) Aurelio le 27/11/2008 à 03:00:25

quel album !!! magistral

swarm

swarm le 05/03/2009 à 17:55:26

c'était pas "intitial" le titre?

Sam

Sam le 07/03/2009 à 06:11:08

hahaha y en a qui espéraient qu'un minimum de personnes seulement s'en rendent compte... Il s'agit d'une petite faute d'orthographe passée inaperçue jusqu'au pressage...

swarm

swarm le 10/03/2009 à 12:39:13

et oui je l'ai vue... mais putain qu'est ce que j'ai ri! ça m'a rappelé le jour où notre graphiste s'est planté d'un an sur la date d'enregistrement dans le livret.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019