Daria - Impossible colours

Chronique CD album (48:00)

chronique Daria - Impossible colours

Gavé de "Red red", mon mange-disque, s'il pouvait parler, me crierait, agacé et épuisé : "Encore Daria !".
Parce qu'entre l'album de 2012 et "Impossible colours", il n'y a que 4 ans : il en aurait fallu beaucoup plus pour se lasser de leur 3ème album (encensé par Swarm ici).

Fort heureusement, les objets n'ont pas à donner leur avis, ma biatch non plus (Quoi ? J'ai dit une connerie ?) et cet album risque de faire chauffer les enceintes pour les années à venir.

 

Pas que Daria se soit endurci ou un truc du genre. Le groupe est resté assez fidèle à lui-même dans une sorte de rock alternatif dont les relents punk sont encore vivaces.

Ils sont restés fidèles à ce rock bien vivant, celui qu'affectionnent les Foo fighters, où la mélodie tient une place prédominante...mais ils sont allés un peu plus loin encore.

Pas plus loin que les Foo fighters, hein, plus loin depuis "Red red". Plus loin et autrement.

Des riffs bien "catchy", comme on disait y'a 20 ans, et une énergie power-rock comme on n'en entend plus souvent. Jusque là, rien de surprenant puisque c'est l'essence même de Daria, sans parler de cette capacité à imprimer leurs compos dans la tête en moins de deux (écoutes). Et même si cela semble naturel chez eux, cela n'a rien d'évident pour en arriver là.

Alors que l'on s'amuse rapidement à reprendre certaines lignes de chant "Dariesques" grâce à quelques détails qui font le gros plus (des choeurs, des refrains bien prenants etc.), on découvre un groupe qui souhaite sortir de ses sentiers battus, sans faire d'expérimentations foireuses. 

L'arrivée de cuivres sur le titre éponyme, un titre de 8 minutes, un autre de 9 : Daria ne nous avait pas vraiment habitué à ça....mais ça marche ! 
On se laisse embarquer par "A tired hand", on plie face à la classe d' "Empirical dismay" en clôture. On se prend aussi à l'énergie power punk de "Coup de grâce" d'une courte durée : bref, cet album vit, secoue, ne connait aucun temps mort.
Après avoir pris un certain recul, après de maintes écoutes, "Impossible colours" s'est imposé en mettant à chaque fois sa petite claque. Comme ça, simplement, naturellement.

Puis il y a ce charme, ce petit truc indescriptible d'une oeuvre qui est cool en soi, et qui fleure bon la passion, l'artisanal (enfin...de l'artisanal enregistré aux States avec des pros), le spontané et le rock'n'roll.
Certains y seront sensibles, d'autres pas, mais c'est un autre "petit plus", celui qui fera peut-être la différence lorsqu'il sera question de relancer le cd...parce que cela ne fait aucun doute, une fois lancé, il ne s'arrête que lorsqu'on l'a terminé.
 

 

 

photo de Tookie
le 02/03/2016

1 COMMENTAIRE

pidji

pidji le 02/03/2016 à 17:21:41

Excellent disque en effet, très catchy !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements