Daughters - Hell songs

Daughters - "Hell songs"
chronique Daughters - Hell songs
Il m'a été donné, 15 minutes après la première écoute de queleques morceaux de ce dernier opus, de porter à regrets un regard déçu quant à ce que je venais d'entendre. Déçu, car trop d'attente selon moi à la suite du si bon "Canadian Songs". Mais il m'a aussi été donné 15 minutes après ce premier constat d'être pris d'une frénétique envie, un besoin soudain de goûter de nouveau "Daughters-à-ce-jour".
En effet, j'avais bêtement considéré la surprise comme mauvaise. Je voulais le Daughters que j'avais connu et tant écouté. Dans cet entêtement à vouloir quelque chose de nouveau mais que je connaissais cependant déjà, je voulais que Daughters m'offre les mêmes sensations, qu'il m'offre "Canadian Songs #2" ; bref, que Daughters copie Daughters. Je considérais donc le groupe comme un produit "fini", comme une fin, un groupe sans surprise et de grande qualité dont je savais quoi attendre... Ce que je n'avais pas attendu avant "Canadian Songs" et que je connaissais à présent. J'attendais donc au final moins de créativité que de copie, un Daughters à la botte de l'auditeur, un Daughters presque "victime" de lui-même.

C'est pourtant avec des sonorités similaires que le combo parvient à nous faire pénétrer dans un univers différent. Je me permettrai d'employer le terme "rock'n roll" (employé comme terme et non pour définir le courant musical...) en ayant conscience de ce qu'on puisse en dire. Car cet album est "entraînant" : ne donne-t-il pas envie de se balancer? Ou plutot pouvons nous dire que l'écoute de cet album est comparable à un rock que nous dansons.Rock où Daughters est le meneur et où l'auditeur se laisse balancer de gaucher à droite, où il se laisse aller au gré des gestations musicales de celui-ci. Car là où chez Daughters nous étions à l'affut de changements de riffs et de rythmes, presque par "pretention" du "connaitre par coeur", ici nous sommes comme captifs au laisser-aller, à une écoute d'autant plus passionnée.
Au regard de "Hell Songs", "Canadian Songs" me semble donc un catalogue de sonorités magnifiquement agencé qui aboutit quelques années plus tard à un "Hell Songs" qui utilise ces mêmes sonorités au profit d'un équilibre plus rigoureux encore que son prédécesseur.
Le présence du cri dans Daughters était d'une telle évidence, impossible à mon goût qu'il n'y en ait pas... Et pourtant l'absence de celui-ci participe si bien à ce que je me suis permis de nommer "rock n' roll". En rapport avec le titre de l'album, il y a dans le chant une inquiètude oppressante, celle de quelqu'un pris de chaleurs et qui tente au mieux de prendre conscience d'où il se trouve. Lieu auquel il semble étranger et dont chacune des caractéristiques le surprenne. La position d'un homme au sein d'une situation qu'il ne pouvait pas prévoir et dont l'existence même ne semblait pas avoir été supposée. N'est-ce pas là l'ambiance dans laquelle nous place le premier morceau de l'album, "Daughters Spelled Wrong" ? L'inquiétude mise en avant par le chanteur prend donc place dans un monde aux sonorités étranges, folles, monde qu'il tente de comprendre au travers d'un chant angoissé, teinté de désespoir et laissant parfois place au ton de l'hystérie.

Il s'agit donc de la progression d'un homme jeté aux enfers (comme le laisse supposer le titre de l'album), progression à la première personne car vécue au travers du chant. La forme de ce chant nous fait prendre connaissance d'une intériorité - celle de l'homme, interprétée par le chanteur - et le contenu se fait descriptif du monde dans lequel cette interiorité evolue - des sonorités qui nous sont données d'entendre au même moment, dans lesquelles baigne le chant.
C'est sous une forme d'hystérie et de perdition que le chant clot l'album, suivi de l'écho du son de guitare se perdant dans les profondeurs abyssales des enfers.
le 28/08/2006

3 COMMENTAIRES

Tum0r

Tum0r le 06/09/2006 à 12:33:50

rhaaaa tu parles de mon groupe préféré-adulé-tout-ce-que-tu-veux comme moi :D avec un peu plus de poésie j'avoue :-)
j'ai bien aimé le "prétention" du "connaitre par coeur"
YAYAYAYAYAA

mat(taw)

mat(taw) le 19/02/2007 à 16:40:53

album terrible effectivement, j'adhère.

frolll

frolll le 22/04/2011 à 14:47:48

Celui du milieu, moins "continu" peut-être que le premier (dans le genre BARRE & totalement jouissif, ça se posait là, putain!) et que Daughters - sérieux, celui-là, mais foutrement bien fait.
Donc, au lieu du 9 des deux autres, un ptit 8 ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements