Deliverance - Holocaust 26:1 -46

Chronique CD album (49:12)

chronique Deliverance - Holocaust 26:1 -46

Pochette sombre, typo goth, brumes, annonce énigmatique... le nouveau Deliverance a tout pour attirer l'attention. Un curieux rappel des travaux electro-cintrés de Rudy Ratzinger (Wumpscut, pour ceux que j'ai déjà perdus) ou le visuel d'un court-métrage oublié de Jean Rollin, c'est selon.

Play et... – rien de tout ça (ou presque). Deadlight records annonce leur poulain comme le nouveau groupe d'Etienne Sarthou, batteur chez Aqme et Pierre Duneau ex – Memories of a Dead man. Bon, pour l'electro-goth, circulez y'a rien à voir.

 

Auteurs d'un EP, subtilement annoncé comme Doomsday, Please et d'un album en 2017 qui ne laisse pas planer grand mystère sur le héros supposé – CHRST ; les Pierre – Etienne et leurs soldats sont trop distraitement passés par delà les radars de cette bonne maison. Pas une ligne, ou presque... Et ce silence assourdissant, les quadras aimeraient bien l'envoyer péter pour de bon, il y a un temps pour tout.

Ladies and Gentlemen, Attention Please, Here Comes the Lords !

 

Dans une interview, Etienne, guitariste et compositeur en chef, décrit leur musique comme du Black-Metal joué à 2 à l'heure. Le très Neurosien « Saturnine » en hors d'oeuvre ne dit pas le contraire. On sent que les gars vont prendre leur temps. En terminus, le furieux « Mackbenach » détruit toute forme de suspicion quant à la sincérité de l'ouvrage. Putain de morceau !

 

À la troisième écoute, on décode, un peu plus, le travail de composition, si le duo amène les textes et musiques, le groupe malaxe, triture, tabasse, ou étire l'ensemble. Les couleurs sombres dominent, évidemment, et permettent aux éclairs et fulgurances de briller longtemps. Au point de découvrir, de vrais moments précieux et flamboyants. C'est un peu le tour de force de ce disque, mêler les poncifs du Black-Metal à des riffs floydiens « God in furs » ou Swanesques « The Gyres ». Le titre-annonciateur « Sancte Ionnahes », renversant de maîtrise émotionnelle longe les rives du Post... tout en gardant le souffle le plus Heavy possible.

 

Il y a peu de chance que Pauline Talarn se soit inspirée de Ratzinger ou de Rollin pour son artwork très réussi. De l'oeuvre supposée d'un Jean Rollin, on retiendra la malice à dépeindre les éléments du bien, du mal, dans une religiosité plutôt caricaturale.

 

Holocaust 26:1 – 46 est tiré du troisième livre de Moïse dit Lévitique :

...

3, Si son offrande est un holocauste de boeufs,... qu'il l'offre à l'entrée du Tabernacle de Convenance, afin qu'il soit agréée pour lui, devant l'Eternel

4, Et qu'il porte la main sur la tête de l'Holocauste et il sera agréé pour lui, pour faire expiation pour lui

6, Puis que l'Holocauste soit écorché et mis en pièces.

...

photo de Eric D-Toorop
le 18/02/2020

1 COMMENTAIRE

gulo gulo

gulo gulo le 18/02/2020 à 09:08:08

Très très ambianceux, très bon. Tout comme le précédent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements