Deströyer 666 - Defiance

Chronique CD album

chronique Deströyer 666 - Defiance

Deströyer 666 is a non-profit organisation dedicated to the dispersal of ideas of lycanthropy,nihilism and minimalism.

 

Quelle meilleur intro peut-on trouver au groupe formé en 1994 à Melbourne par KK Warslut et installé en Europe à partir de 2001 ?

Après une cure intense du Black-Thrash féroce du combo pendant la période de Noël (car la période s’y prête non?), il allait s’agir de choisir un album à chroniquer pour votre webzine préféré.

Fallait-il élire l’ultra mythique Phoenix Rising ou le giga sauvage Cold Steel… For An Iron Age, à la pochette salopée par Season of Mist à sa sortie ?

Mon choix se porta sur leur skeud de 2009: Defiance.

Car je suis rebelle comme un footballeur qui rompt avec Huawei (participant au ciblage ethnique des Ouïghours) mais qui porte encore du Nike (payant les petits Pakistanais 0,60 dollars US par jour).

Et surtout, car le propos du groupe est, ici, d’une intelligence rare tout en bénéficiant d’une composition quasi parfaite.

 

Car, épaulé par les thrashers Mersus (redoutable à la batterie), Matt et Shrapnel de Razor Of Occam, originaires aussi d’Australie et expatriés chez les Rosbifs, KK nous dérouille notre race.

Alors, en intro, on se prend l’entrée avec le plat en fonte en pleine tronche. La formule ultra sauvage du combo se trouve ici très facile à piger.

Il va s’agir de nous cartonner la mouille à grand renfort de guitares meurtrières et de leads plus pointus qu'un surin manié par le chef Casey Ryback (cuisinier et ancien Navy Seal: seuls les vrai bourrins sauront).

 

Basé sur quelques riffs ultra efficaces, comme l’essaim de guêpes tueuses de "I Am Not Deceived" et sa rythmique d’une intensité sidérante, Deströyer 666 fait partie des grands groupes.

Ici, la formule génocidaire pratiquée habituellement va se nuancer un peu, pourtant.

Et c’est pas plus mal.

Car quand la horde pose un morceau, rien n’est laissé au hasard dans sa progression.

Le simple exemple du titre "Blood For Blood", au crescendo incroyable, vous fera toucher du doigt tout le talent du gang.

Au rayon de la férocité absolue, "Weapons Of Conquest" tire également des marrons dans le feu. Le morceau se fait d’un bellicisme intégral tout en utilisant des petits touches de Heavy plus trad.

Le titre est à l’image de tout l’album, alignant des recettes, simples en apparence, mais qui nous happent pour ne plus nous lâcher jusqu’au dernier accord.

 

En sommeil depuis 2016, la bête va peut-être se réveiller un jour.

En attendant, il nous reste une pléthore de skeuds indispensables au rayon de laquelle s’inscrit ce Defiance, tout simplement monstrueux.

photo de Crom-Cruach
le 20/06/2021

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 20/06/2021 à 12:29:26

Les Wolfbrigade du Black/Thrash (oui, j'aime les formules à l'emporte- pièce)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 20/06/2021 à 14:25:26

Formule validée

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Red Gloves - Night Gap
Why not - Why not EP